Le Policy Council du MMM a rencontré des artistes de tout bord au Plaza en fin de semaine dernière pour un forum/débat axé sur l’industrie musicale locale et les défis auxquels cette dernière est confrontée.

Une rencontre en ligne avec la politique du MMM d’inclure toutes les propositions des intervenants pour son programme électoral. Le forum/débat du Policy Council était présidé par Sheila Bunwaree, qui était accompagnée d’un panel de cinq personnes, à savoir Alain Gordon-Gentil, Daniella Bastien, Gaston Valayden, Khalid Nazroo et Zan Zak Arjoon.

Lors de cette rencontre avec les artistes et autres parties prenantes dans l’industrie musicale locale, l’occasion a été donnée aux artistes de faire entendre leur voix sur les problèmes auxquels ils font face.

Un forum/débat pour parler de la politique mise en place pour « valoriser les artistes », devait soutenir Sheila Bunwaree, qui avance que c’est « un secteur avec un grand potentiel qui peut devenir un pilier économique important », déplorant toutefois « un budget art et culture dramatique » et un « domaine qui reste très négligé à Maurice ». 

Gaston Valayden, metteur en scène et dramaturge, s’est dit « déçu par les propositions gouvernementales » et dit déplorer le fait que certaines prestations artistiques « sont acaparées par l’État ».

Khalid Nazroo, artiste peintre, a, lui, fait part des difficultés des artistes locaux à promouvoir leur art ou même à obtenir les ressources nécessaires pour pouvoir évoluer, rappelant le nombre de Mauriciens ayant prospéré à l’étranger sans pour autant être reconnu à Maurice après des années. « Il n’y a pas ni structures ni infrastructures pour les artistes voulant atteindre leurs buts » a-t-il avancé.

Zan Zak Arjoon, ex-Advisor pour la culture au PMO, a fait part des défis de l’industrie musicale locale qui, selon lui, pourrait avoir une dimension économique plus importante, mais qui stagne. « Le parent pauvre du gouvernement », estime pour sa part l’écrivain Alain Gordon-Gentil, qui indique par ailleurs que le ministre de l’Art et de la Culture est le dernier nommé dans un gouvernement.

Il devait faire état d’un « mépris pour la culture, pour les artistes, un problème de compréhension de la culture qui perdure ». L’anthropologue Daniella Bastien devait quant à elle rappeler l’importance de préserver le patrimoine culturel pour les générations à venir. Parmi les intervenants lors de cette rencontre, l’ex-ministre de la Culture Motee Ramdass.

Ce dernier a rappelé l’importance « de faire la différence entre religion et culture », déplorant aussi le fait qu’il n’y ait pas de conservation du patrimoine culturel dans les archives ou à la Bibliothèque nationale. Quant au chanteur Ras Natty Baby, il a exprimé le besoin de « créer plus d’espace pour les artistes locaux afin de les mettre en valeur », faisant en outre part de l’importance de promouvoir cette culture auprès des touristes « pour qu’ils connaissent la culture locale ».