Sir Anerood Jugnauth, ancien président de la République et leader du Remake 2000 estime que la nouvelle année 2014 qui s’annonce pourrait bien être celle de nouvelles élections générales qui marqueront la fin du règne de Navin Ramgoolam « dont les jours sont comptés ». « Le peuple, qui a vu son vrai visage de dictateur et de faux rassembleur, en a marre de lui », estime le leader du Remake 2000.
Sir Anerood estime que l’année 2013 qui s’achève aura été une année « très sombre » pour le pays. Il prend à témoin Rama Valayden, quelqu’un qui, rappelle-t-il, aura été, jusqu’à tout récemment, très proche du Premier ministre, Navin Ramgoolam et qui vient de déclarer que le pays bascule dans la dictature. Le leader du Remake 2000 allègue, de nouveau, que des charges « fabriquées de toutes pièces » seraient retenues contre les seuls opposants du pouvoir. Il pointe du doigt, à cet effet, une « section » de la police ainsi qu’une cellule du Bureau du Premier ministre.
Citant le cas de l’avocat Me Roshi Badhain, SAJ s’insurge contre l’utilisation, selon lui « abusive » de charges provisoires contre des prévenus. Il cite, de même, la récente arrestation « intempestive » de la bru de la boutiquière assassinée dans le sud « sans la moindre preuve ». Pour lui, les bons officiers de police qui veulent faire, consciencieusement, leur travail sont complètement démotivés. Alors que, souligne le leader du Remake 2000, le chef du gouvernement persiste à affirmer que la criminalité est en baisse, le nombre de crimes « atroces » notamment perpétrés sur des femmes, des enfants et des personnes âgées ne cesse de croître.
Pour sir Anerood, 2013 a aussi été une année « triste » pour le pays en raison, entre autres, du terrible accident de Sorèze, des inondations meurtrières ainsi que de l’élargissement du fossé entre les riches et les pauvres. Pour lui, la supposée « démocratisation » de l’économie en cours depuis 2005 n’aura, en fait, profité qu’aux seuls « protégés » du pouvoir qui n’ont cessé de s’enrichir. « Navin Ramgoolam donne l’impression que le pays est sa propriété personnelle », allègue-t-il. Il parle de distribution de biens de l’Etat aux seuls « protégés ».
Foot Communal
Dénonçant la politique, selon lui, de protection de « nou bann » du PTr, SAJ rappelle comment un député de ce parti a été pris en flagrant délit de promesse d’emplois à « nou bann ». « Depuis, aucune sanction n’a été prise contre ce dernier »,  rappelle-t-il. Dénonçant un autre « bluff » de Navin Ramgoolam, il souligne que tout en se présentant comme un « grand rassembleur », le chef du gouvernement ne se prive pas de relancer le « football communal » en vue, selon lui, d’essayer de créer de la mésentente entre les différentes communautés de l’île dans le but d’essayer d’en profiter politiquement.
Qu’à cela ne tienne; SAJ se dit convaincu que la nouvelle année 2014 qui s’annonce marquera la fin du « règne » de Navin Ramgoolam « dont les jours sont comptés ». Pour lui, le « conflit » qui oppose le PMSD au PTr ne fera que de s’aggraver.
Disant, en revanche, tout le bien du Remake 2000, SAJ salue le « courage dans le combat » du leader du MMM, Paul Bérenger qui, explique-t-il, démontre « son amour pour le pays ». Sir Anerood remercie le leader de l’opposition de l’avoir ainsi convaincu de venir constituer le Remake 2000. Pour lui, cette alliance de  l’opposition travaille « en équipe » et « en toute  sérénité ». Alors que, selon lui, 2014 pourrait bien être l’année de nouvelles élections générales, il laisse entendre que le Remake 2000 intensifiera, à cette fin, sa campagne. SAJ dit n’avoir « aucun doute » quant à une « grande victoire » du Remake 2000 qui marquera la « fin du PTr ».