Cinq ministres, le président du Parti travailliste ainsi que la députée Neeta Deerpalsing étaient hier soir à Rose-Belle pour prêter main forte au principal orateur, Arvin Boolell, en marge du meeting du 1er-Mai des rouges à Vacoas. Ce dernier a mis en garde la population contre les  « pyromanes dangereux qui peuvent rendre le pays instable ».
D’emblée, Arvin Boolell a commenté la démission de SAJ de la présidence en insinuant qu’il y a eu un complot ourdi au Réduit en vue de créer une psychose et une crainte au sein de la population. « Ils ont voulu faire un bourrage de crâne. Konpran byen seki pe pase », a-t-il lancé à ses partisans réunis en assez grand nombre au siège du collège Windsor. Il leur a demandé de ne laisser personne détruire l’unité qui existe au sein de la famille mauricienne. « De l’autre côté, ils ne comprennent pas l’avenir, ni la sérénité et la lutte contre la pauvreté », a-t-il déclaré.
Le député rouge a par ailleurs parlé de la vision du gouvernement de faire de Maurice une île intelligente avec l’accès à l’information et aussi de bâtir un État-océan grâce au plateau continental que Maurice vient d’obtenir. « Nous préparons l’avenir de Maurice à travers deux secteurs émergents que sont l’économie bleue et l’économie verte. Nos jeunes et nos enfants obtiendront du travail. Voulez-vous hypothéquer cet avenir ? », a-t-il demandé à ses partisans, qui ont répondu par la négative. Arvin Boolell a aussi exhorté les femmes, nombreuses à ce congrès, à prendre une plus grande part dans la politique active avec les élections régionales sous peu.
Pour Abu Kasenally, le pays passera par des moments difficiles « et personne au monde ne viendra nous aider. Nou pou bizin dibout lor nou prop lipie », a-t-il lancé.
Vasant Bunwaree, a, lui, réclamé de la patience à l’opposition car il n’y a pas d’élections dans le pays.
Pour sa part, Patrick Assirvaden a trouvé malheureux que certains médias sont en train de gonfler SAJ. Nita Deepalsing a lancé un défi aux quatre journalistes, qui ont interviewé le Premier ministre jeudi, de procéder à ce même exercice avec Paul Bérenger et avec les mêmes questions. Tassarajen Chedumbrum Pillay a, quant à lui, estimé que SAJ n’aurait pas pu accomplir le progrès économique dans les années 90 sans l’apport du Parti travailliste. Rajesh Jeetah a de son côté soutenu, après avoir commenté l’affaire MedPoint, qu’il ne fait pas l’ombre d’un doute que Navin Ramgoolam sera encore Premier ministre après les prochaines élections générales.
Vishnu Bundhun, Satyadeo Moutia, Pramila Khadun et Arshad Toorbuth, un nouveau venu, avocat de profession, ont également pris la parole à ce congrès présidé par Reetoo Mungur.