Les représentants du Central Electricity Board ont procédé à une présentation, hier après-midi, des grandes lignes de l’Electricity Integrated Plan 2013/2022 devant les membres de la National Energy Commission, présidée par Dev Manraj, Senior Adviser au Prime Minister’s Office. Le principal argument avancé : l’entrée en opération de la centrale thermique à charbon de CT Power de 100 MWW à compter de 2015 est incontournable. D’autre part, l’audition des promoteurs de CT Power, qui était à l’agenda de la Commission Manraj hier, a été reportée d’une quinzaine de jours, le temps de permettre au CEB de boucler l’exercice en cours.
En début de séance d’hier, le General Manager du CEB, S. Thannoo, est intervenu pour transmettre des observations du board au sujet de l’accueil qui a été réservé dans la presse à cet organisme para-public depuis le démarrage de la NEC. Pour les besoins de cet exercice, le General Manager du CEB avait débarqué avec toute une série de coupures de presse pour étayer les dires du board.
Toutefois, le General Manager du CEB n’a pas été en mesure d’entamer cet exercice. Dev Manraj est intervenu pour rappeler au CEB que la NEC n’est nullement une plateforme pour instruire un procès contre la presse en matière de couverture du dossier de l’énergie. Le principal grief porte sur les réactions de la presse après la récente décision de la NEC d’émettre un communiqué pour remettre en perspective ses attributions suite au « by-passing » de la Commission avec la publication de l’Energy Integrated Plan en début de semaine dernière.
Brossant un tableau de l’évolution de la demande d’énergie électrique pour les dix ans à venir, le CEB met l’accent sur la contribution cruciale des 100 MW de CT Power à partir de 2015. Le représentant du CEB s’est appuyé sur les projections établies pour justifier devant la Commission ces investissements de l’ordre de Rs 8 milliards dans cette centrale thermique à charbon dans la région d’Albion.
Le CEB maintient que la mise en opération de cette centrale de 100 MW ne devra pas être suffisante car pour satisfaire la croissance dans la demande en énergie électrique, le CEB anticipe également deux autres centrales de 50 MW chacune, soit une en 2017 et l’autre en 2022 dans la même région de l’Ouest.
Lors de la séance de travail d’hier après-midi, la commission Manraj a laissé carte blanche au CEB pour la présentation de son plan de dix ans et également les paramètres retenus pour des investissements de Rs 18 milliards en dix ans, soit 70% à court terme et venant du privé.
Selon le calendrier de travail, la séance de jeudi prochain sera consacrée aux questions des membres de la NEC adressées au CEB. Il faudra s’attendre à voir les membres de la Platform Sitoyen sortir l’artillerie lourde contre les projections chiffrées et les données du CEB dans le cadre de l’Integrated Energy Plan.
D’autre part, les promoteurs de CT Power ont fait parvenir au secrétariat de la NEC toute une documentation en vue de la présentation du projet de la centrale thermique. Les données traitent du management, de la gestion technique et financière du projet. Ils ne seront devant la Commission que dans une quinzaine de jours, soit après le 12 mars.