« Tarolah bizin out ! ». C’est ce qu’a réclamé la nouvelle présidente de l’aile féminine du MMM, Jenny Adebiro, hier après-midi lors d’une conférence de presse à l’hôtel Saint Georges à l’occasion de la présentation des nouvelles élues. 
Selon la présidente de l’aile féminine du MMM, le Parliamentary Private Secretary (PPS) Kalyan Tarolah ne doit plus siéger au parlement jusqu’à ce qu’il soit trouvé innocent dans l’enquête menée en ce moment par la police au sujet d’une affaire de sextos. Jenny Adebiro, entourée des autres membres du parti, avance que le décor dans les photos du PPS « indique clairement qu’il se trouvait au parlement », et de ce fait, ce dernier « doit absolument se retirer ». La présidente s’insurge contre le fait que le PPS n’a pas été appelé à quitter son poste. Pour elle, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, ne prend aucune décision pour « le confort du gouvernement » et qualifie « l’inaction » de ce dernier de « mauvaise ».
Le langage utilisé par le député Ravi Rutnah à l’encontre d’une journaliste lors d’un congrès a également été décrié par Jenny Adebiro. Elle a égratigné au passage les femmes élues au parlement qui, relève-t-elle, sont « censées lutter pour le droit des femmes », mais n’ont « rien dit » pour défendre la femme lorsqu’elle est critiquée en public. « Il est regrettable que ce député soit toujours en poste », a-t-elle ajouté.
La participation de Tania Diolle à l’élection partielle de la circonscription No 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) a aussi été commentée. « Il est malheureux qu’elle se laisse prendre au piège du MP et du PTr », a déclaré Jenny Adebiro. Pour elle, la candidate du MP « avait sa chance » au sein du MMM et « était promise à une belle carrière politique, mais elle en a choisi autrement ».
Au sujet de l’ex-présidente de l’aile féminine, Dorine Chukowry, qui était apparemment mécontente après avoir été battue lors des dernières élections, Jenny Adebiro précise que cette dernière est toujours membre de l’aile féminine au niveau national. « Elle a perdu par deux votes. La nouvelle constitution a entraîné une nouvelle manière de voter », indique la nouvelle présidente.
L’aile féminine a déjà entamé son travail de soutien à la candidate du MMM, Nita Juddoo, pour la prochaine élection partielle. « Toute la capacité de la femme est en action », souligne Jenny Adebiro. La nouvelle équipe de l’aile féminine comprend désormais 40 femmes, comparativement à une vingtaine. Les femmes ont un mandat de deux ans et, selon la présidente, un calendrier de travail a été établi. Les membres féminines proviennent toutes de différentes régions du pays. La différence, ajoute Jenny Adebiro, « c’est la proximité des femmes avec le public ».