Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, a estimé hier après-midi que le gouvernement a « roulé » les marchands ambulants durant les sept dernières années en les laissant opérer à leur gré. C’était en réponse à une question de la presse lors de sa conférence hebdomadaire. Il avait auparavant commenté la situation économique du pays et l’insécurité qui y règne, avant de présenter les cinq derniers adhérents à son parti.
Pravind Jugnauth a rappelé que lorsque le MSM était au pouvoir le gouvernement avait répertorié une liste de marchands ambulants opérant dans la capitale et avait même fait construire le Hawkers’ Palace pour les caser. « Mais à cause de la démagogie de Navin Ramgoolam, ce projet n’a pas abouti. Il s’est occupé d’autres choses au lieu du problème de ces marchands », a-t-il déclaré. Selon le leader du MSM, le gouvernement n’a rien entrepris depuis 2005 pour remédier à ce problème. « Il y a de la provocation, mais j’appelle la population à ne pas prendre la loi entre ses mains. Certainement, il faut protester », a-t-il dit.
Au sujet des travailleurs étrangers et des désordres qui ont eu lieu la semaine d’avant à Roche-Bois, le leader du MSM a rappelé que ces personnes sont venues à Maurice lorsqu’il y avait le plein-emploi. « Le pays avait besoin d’eux à cette époque, mais il nous faut maintenant réfléchir sur le chômage qui affecte les Mauriciens et voir s’il y a lieu de les laisser venir et sous quelles conditions », a-t-il déclaré. Et d’ajouter qu’il ne faut pas installer un sentiment anti-étranger à Maurice.
Commentant la situation sociale dans le pays, Pravind Jugnauth a soutenu qu’elle se détériore « parski nek pe get bann ris ». Selon lui, l’écart entre les riches et les pauvres s’agrandit et la classe moyenne est décimée. Au chapitre économique, il a estimé que la croissance cette année sera de 3 %, voire moins, comme il l’avait prévu en février dernier. « L’emploi est menacé parce que la richesse nationale ne grandit pas à la vitesse prévue ; le pouvoir d’achat est en baisse, la pauvreté s’accentue et les licenciements augmentent. Environ 2 000 personnes ont été licenciées entre juin 2011 et juin de cette année », a-t-il affirmé. Selon lui, le pays est retourné à l’époque de 1982 avec le chômage affectant de plus en plus les jeunes qualifiés.
Par ailleurs, le leader du MSM a présenté à la presse cinq nouveaux adhérents à son parti. Ils sont : Devanand Rao Mahadoo, enseignant au Collège du St-Esprit et fils de feu Bheewa Mahadoo, figure emblématique de la communauté marathie ; Sunil Bholah, comptable et actuellement Financial Controller chez Maurice Publicité Ltée ; Hassam Sakibe Coowar, recteur de Mauricia Institute ; Ricardo Thom, médecin, et Jean-Clarel Bosquet, professionnel du tourisme et présentement directeur de l’institut de formation, ECC Professional Trainers Ltd.