Le comité de politique monétaire (MPC) de la Banque de Maurice (BoM) a, à l’unanimité hier, décidé d’abaisser le taux directeur à 4,4% (soit 25 points de base en moins) afin de donner un coup de fouet à l’activité économique locale. « Nous accueillons cette décision avec satisfaction », a déclaré Arnaud Dalais, président de Business Mauritius, au Mauricien ce matin. Pour rappel, la dernière révision du taux directeur remonte à juin 2013. Le MPC avait alors également recommandé une réduction de 25 points de base (de 4,9% à 4,65%) du “Key Repo Rate”.
Le comité de politique monétaire explique que c’est après avoir pesé les risques à la croissance et à l’inflation pour les prochains mois qu’il s’est penché en faveur d’une réduction du taux directeur. Le MPC considère que les perspectives concernant une remontée de l’inflation sont relativement modérées alors qu’en ce qui concerne l’activité économique, la tendance va plutôt vers un ralentissement. « Economic activity has yet to pick up », a déclaré Ramesh Basant Roi, gouverneur de la banque centrale, lors d’un point de presse hier après-midi, où il était entouré de ses deux adjoints, Yandraduth Googoolye et Vikram Punchoo. Le gouverneur a indiqué que l’investissement privé s’est contracté cette année et que Statistics Mauritius ainsi que la BoM ont été obligées de revoir à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2015, les ramenant à 3,6% et 3,4% respectivement. « La performance du pays est en dessous de son potentiel de croissance », soutient le gouverneur. « The negative output gap is projected to persist during 2016 », estiment les membres du MPC.
C’est sur le front de l’inflation que le comité de politique monétaire et la direction de la banque centrale affichent leur satisfaction. Fin septembre 2015, le taux d’inflation (basé sur la moyenne annuelle de l’indice des prix à la consommation pour la période octobre 2014–septembre 2015 en comparaison à celle des 12 mois précédents) s’élevait à 1,2% alors que le taux d’inflation en progression annuelle (“year-on-year inflation”) s’affichait à 2% à la même date. La BoM prévoit pour 2015 un taux d’inflation “headline” d’environ 1,6%, qui pourrait grimper à 3% en 2016. Quant au taux de la “year-on-year inflation”, il atteindrait environ 2,6% cette année pour remonter à 3,3% en 2016. « The MPC is of the view that the rate of inflation is likely to remain subdued in the context of low commdity prives and low inflation in major trading partner countries », rapporte un communiqué de la BoM. Le comité de politique monétaire met en garde contre tout impact inflationniste d’une hausse des salaires qui soit supérieur au taux d’inflation et aux gains de productivité.
Ramesh Basant Roi a appelé les banques commerciales à emboîter le pas au MPC en corrigeant à la baisse leurs taux d’intérêt. Du côté de la Mauritius Bankers Association (MBA), on faisait ressortir ce matin qu’il appartient à chaque institution bancaire individuellement d’évaluer la baisse du taux directeur et de décider de la direction que doivent prendre les taux d’intérêt qu’elle pratique en fonction des considérations commerciales.
« Nous voulons que la croissance soit plus élevée en 2016. Notre estimation montre qu’elle sera supérieure à 4%, mais nous produisons toujours en dessous de notre capacité », a déclaré le gouverneur lors de sa conférence de presse. Ramesh Basant Roi est d’avis que la baisse du taux directeur devrait contribuer à l’allégement de l’ardoise des entreprises. Il considère que la réduction de 25 points de base du taux directeur, même si elle peut paraître faible pour certains, peut faire une grande différence au niveau des frais financiers que doivent encourir des entreprises lourdement endettées. Arnaud Dalais est d’avis que toute diminution des charges financières pour les entreprises est la bienvenue. « La décision du MPC envoie un bon signal au marché. C’était souhaité et attendu », a ajouté le président de Business Mauritius, nouvelle organisation du privé découlant de la fusion entre le Joint Economic Council et la Mauritius Employers Federation.   
Par ailleurs, le gouverneur de la BoM a annoncé hier que suite à des études en profondeur des techniciens de la banque centrale sur les différentes sources de revenus touristiques, les données pour cette année ont été revues. La BoM a estimé que les revenus pour le premier semestre de 2015 ont été sous estimés pour environ Rs 2,5 milliards et que, pour toute l’année civile, le montant pourrait dépasser les Rs 5 milliards, ce qui porterait l’estimation à Rs 49,5 milliards.
Il est fort probable, a poursuivi Ramesh Basant Roi, que le déficit des comptes courants de la balance des paiements soit revu à la baisse après comptabilisation des revenus touristiques « additionnels ». Le gouverneur de la BoM a laissé entendre que la correction à la hausse des revenus touristiques pourrait avoir une incidence favorable sur le taux de croissance de ce secteur et, par conséquent, sur celui de l’économie mauricienne en général.