Préoccupée par une situation d’excès de liquidités persistante dans le marché, la Banque de Maurice vient de relever le “Cash Reserve Ratio” (CRR) des banques commerciales, le portant de 8% à 9% de la valeur moyenne des dépôts en roupies calculés sur deux semaines alors que le taux minimum pour le montant des dépôts quotidiens passe de 5,5% à 6,5%.
Le CRR est un des outils de politique monétaire que la banque centrale peut utiliser pour contrôler l’excès de liquidités dans le système. Vu que le comité de politique monétaire a décidé lundi dernier, par vote majoritaire, de maintenir le taux d’intérêt directeur (“Key Repo Rate”) à 4,65%, la direction de la BoM s’est trouvée dans l’obligation d’avoir recours à un autre levier, le CRR, pour tenter de corriger la situation d’excès de liquidités. Il faut rappeler que les autorités bancaires faisaient face à un tel problème en octobre 2013 lorsqu’elles ont été forcées à revoir à la hausse le CRR (de 7% à 8%, sur les dépôts en roupies).
Selon un banquier spécialiste des opérations de trésorerie et du marché monétaire, la hausse du CRR pourrait permettre à la banque centrale d’éponger un montant additionnel de l’ordre de Rs 3 milliards. Un relevé publié par la BoM indiquait qu’au 17 avril 2014, le montant en excès s’élevait à Rs 11,1 milliards. Sur la base d’une base de dépôts d’environ Rs 325,5 milliards, les “average cash balances” détenues par les banques se chiffraient à Rs 36,1 milliards alors que le montant requis pour le CRR était estimé à près de Rs 25 milliards. Notre interlocuteur est d’avis que l’augmentation du CRR ne va pas donner lieu à une révision des taux d’intérêt pratiqués par les banques commerciales. « En l’absence de projets de financement, et au vu des conditions imposées par la BoM concernant l’octroi de crédits à certains secteurs, je suis d’avis que la situation d’excès de liquidités demeurera pour longtemps encore », a-t-il fait ressortir.
Les conditions rattachées au CRR impliquent que les banques commerciales doivent obligatoirement garder dans les coffres de la banque centrale un certain pourcentage de leurs dépôts sans pour autant obtenir un quelconque rendement sur ces liquidités retenues par la BoM. Signalons par ailleurs que la BoM a annoncé que le CRR moyen sur deux semaines concernant les dépôts en devises sera maintenu à 6% et que le taux minimum sur une base quotidienne restera à 4,5%.