Le leader de l’opposition, Pravind Jugnauth, a pris l’engagement, ce matin, lors d’une conférence de presse, d’être un véritable chien de garde et de faire entendre la voix de la population au Parlement comme en dehors. « Je lui assure que ses doléances aussi bien que les grands enjeux auxquels fait face le pays seront nos priorités », a-t-il déclaré, avant de dresser une longue liste de ses priorités qui comprennent, entre autres, le combat contre la pauvreté, le chômage et la drogue, l’investissement, les PME, la criminalité, le coût de la vie et le permis à points.
« Mon rôle sera aussi de veiller à ce que la démocratie soit préservée et que cet espace soit même agrandi au lieu de rétrécir ». Il soutient qu’il soulèvera les sujets concernant la population et veut être « une alternance à l’injustice, face au gouvernement de l’alliance ki pe al ver la diktatir ». Pravind Jugnauth fera, a-t-il ajouté, « une opposition de propositions dont les sujets sont travaillés par des commissions du MSM ».
Selon le programme du MSM, ce parti compte proposer un salaire minimum vital pour les travailleurs au plus bas de l’échelle car il considère que « chaque Mauricien doit pouvoir vivre de manière décente ». Pravind Jugnauth ajoute qu’il se prépare pour la rentrée parlementaire prévue pour le 7 octobre « animé par la volonté et l’énergie nécessaire pour être la voix du peuple au Parlement ». « J’espère pouvoir poser un certain nombre de PNQ sur les sujets prioritaires pour le pays ». À une question de la presse, il a dit souhaiter « pouvoir poser au moins une PNQ ». A d’autres questions sur la constitution d’une alliance des partis de l’opposition, le leader du MSM a répondu que les discussions sont en cours et que les dirigeants en parlent tous les jours.