Alors que depuis vendredi à la mi-journée, le rumour mill voulait que le Premier ministre Navin Ramgoolam s’adresse à la presse samedi matin, la confirmation de cette démarche a été obtenue en cours de matinée avec le service de presse du Prime Minister’s Office informant les salles de rédaction qu’une déclaration à la presse est prévue à 16 h 30 aujourd’hui. Mais aucune précision officielle n’a été apportée quant aux thèmes ou à la teneur de cette déclaration se déroulant dans la Treaty Room du PMO et la Press Conference Room.
« Il y a tellement de sujets à aborder que nous ne savons même pas sur quoi compte se prononcer le Premier ministre cet après-midi », soulignent des sources autorisées au Prime Minister’s Office (PMO) à la mi-journée. La quasi-certitude est que Navin Ramgoolam pourrait se prononcer sur le nouveau Business Model adopté par Air Mauritius et des changements envisagés au niveau du conseil d’administration de la compagnie aérienne nationale, pour mener à bien cette tâche.
À la fin de la semaine dernière dans le cadre des consultations engagées avec le Chief Executive Officer du groupe Air France/KLM, Jean Cyril Spinetta, trois développements majeurs étaient évoqués dans certains milieux, dont le remplacement de Kamal Tapossea en tant que Chairman du conseil d’administration, la confirmation d’Andre Viljoën en tant que Chief Executive Officer et la question d’un partenariat stratégique pour Air Mauritius en vue d’assurer une sortie de crise dans les meilleures conditions possibles.
Pour ce qui est du choix du nouveau président du conseil d’administration, le nom de l’éventuel successeur de Kamal Tapossea était même cité avec persistance dans les couloirs des différents paliers du Paille-en-Queue Court. Aucune confirmation officielle n’était disponible même si des sources bien informées rappelaient que la recomposition d’un conseil d’administration se déroule dans un cadre défini sous la Companies Act et selon des procédures établies.
Quant au choix d’un partenaire stratégique, l’option de la formule de Request for Proposals pourrait être privilégiée par l’hôtel du gouvernement, principal actionnaire d’Air Mauritius, au nom de la bonne gouvernance. Air France, qui opère en collaboration avec la compagnie aérienne nationale sur un des plus importants secteurs, soit la ligne Maurice/Paris/Maurice, est perçue comme étant le candidat désigné.
Cependant, l’une des plus importantes compagnies aériennes du Golfe, soit Etihad, a fait preuve d’un intérêt dans une collaboration avec Air Mauritius. À ce stade, très peu de détails ont transpiré à ce sujet du côté de la partie mauricienne. Toutefois, les derniers développements dans le domaine de l’aviation commerciale, avec le quotidien Le Figaro, annoncent la signature d’un important Codeshare Agreement entre le groupe Air France/KLM et Etihad.
Jusqu’ici, Air France s’était montrée hostile à tout rapprochement avec les compagnies aériennes du Golfe. Jean-Cyril Spinetta était allé jusqu’à déclarer que « the Golf companies are killing our countries ». Mais la signature de Codeshare Agreement sous le nouveau CEO d’Air France, Alexander Juniac, marque un changement dans l’attitude de cette compagnie face à la crise dans ce secteur.
D’autre part avec la déclaration de presse du Premier ministre cet après-midi, la question qui attend d’être élucidée est si Navin Ramgoolam compte aborder tout le volet politique, notamment les consultations sur le projet de réforme électorale ou encore les tractations sur le plan politique au sujet d’éventuelles alliances électorales. Depuis le vendredi 17 février et depuis son retour de Londres lundi dernier, le chef du gouvernement s’est muré dans un profond silence.
Au sein du Parti travailliste, l’on évite soigneusement de faire des commentaires, d’où en partie l’absence de points de presse réguliers, dont samedi dernier. « Nous préférons laisser voir les autres multiplier les manoeuvres politiques et d’intervenir de manière décisive au moment opportun. Que constatons-nous aujourd’hui ? Le MMM, qui se dit respectueux des institutions constitutionnelles et le MSM qui ne fait qu’entraîner la présidence de la République dans un tourbillon de politique partisane », affirme-t-on dans les rangs du Ptr après le vote secret du comité central sur le Remake 2000 et avant la déclaration du leader du Labour de cet après-midi.
Ces sources n’ont pas voulu confirmer ou infirmer si Navin Ramgoolam commentera l’actualité politique sauf avec un subtil et diplomatique rappel au président de la République sir Anerood Jugnauth pour qu’il mette les points sur les i après le vote de principe au comité central de samedi. Réponse cet après-midi…