Rashid Meerun, ancien haut commissaire mauricien au Pakistan et candidat travailliste battu aux élections de 2005 au N°19 et celles de 2010 au N°3, a décidé d’adhérer à partir d’aujourd’hui au MSM. Il sera présent sur l’estrade de la nouvelle alliance, qui animera une réunion à Plaine-Verte ce soir.
« C’est dans le droit fil de la logique. Je connais sir Anerood depuis 1985. C’est un dirigeant que je peux appeler au téléphone et rencontrer n’importe quand. Par exemple, quand il y avait la nécessité d’avoir des patrouilles policières à Plaine-Verte, j’avais pris contact avec lui et il a pris les dispositions nécessaires pour le faire », déclare-t-il.
Rashid Meerun se présente comme « un homme de sacrifices ». Il estime qu’il a beaucoup donné de sa personne lorsque le PM a fait appel à lui. Par exemple, en 2005, quand il a accepté de briguer les suffrages au N°19, alors que les autres personnes qui avaient été sollicitées avaient refusé parce qu’elles savaient qu’elles allaient à l’abattoir, et aussi quand Navin Ramgoolam lui a demandé de venir donner un coup de main à l’alliance lors de la partielle de 2009. Et en 2010, c’est à la veille du Nomination Day qu’on lui a dit qu’il fallait qu’il revienne à Maurice pour se porter candidat au N°3. Il a pu rentrer à temps.
« Mo nominasyon dan Pakistan finn pran plis ki enn an edmi. Ti fale ki Rashid Beebeejaun insiste pou ki li nom mwa. Pa DPM ki finn dir mwa sa, me Ramgoolam limem, kan li rakont mwa ki sak semenn bolom Beebeejaun ti koz sa ar li », relate-t-il
La goutte d’eau qui a fait déborder le vase entre lui et le gouvernement, dit-il, c’est « lorsque le PM a maltraité un citoyen musulman venu assister à la fête Yaum-Un-Nabi ». « C’est clair qu’il a voulu provoquer une partie de la société mauricienne, parce qu’un autre dirigeant ne traitera jamais de la sorte un citoyen dans une fête de sa religion », soutient Rashid Meerun, qui se dit être un « Mauricien de foi islamique ».
Depuis cet incident, il note qu’il y a un glissement de l’électorat musulman, d’autant plus que Navin Ramgoolam, dit-il, n’a pas daigné présenter ses excuses par la suite.
Rashid Meerun laisse entendre qu’à la suite d’une conversation qu’il a eue avec Reza Issack, ce dernier se trouverait dans une délicate situation. Le député du Ptr lui aurait dit « se ki to pe dir la fer mwa reflesi », ajoute M. Meerun, qui a animé une conférence de presse ce matin. Il insiste sur le fait qu’il ne doit pas être perçu comme étant « enn roder bout » en intégrant le MSM. « Je ne demande rien. Je me mets tout simplement à la disposition du parti », ajoute-t-il. Jusqu’il, dit-il, il a rencontré Pravind Jugnauth trois fois et il aura un entretien avec sir Anerood demain.