L’état-major du Remake 2000 a pris la décision, lors de sa réunion de travail hebdomadaire d’hier, de relancer une série de meetings de dénonciations avec pour cibles des ministres spécifiques et minés par de graves problèmes depuis le début de cette année. Le leader historique du MMM, Paul Bérenger, qui doit repartir en France pour la suite de son traitement médical au cours de la première quinzaine du mois prochain, interviendra lors du coup d’envoi, qui sera donné le vendredi 7 juin à Plaine-Magnien dans la circonscription Mahébourg/Plaine-Magnien (No 12), soit celle du ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree. Le prochain ministre ciblé ne sera nul autre que le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo.
Ainsi, les dirigeants du Remake 2000 seront au complet sur l’estrade à Plaine-Magnien avec les détails du scandale de pédophilie alléguée au Mauritius Institute of Training and Development (MITD), organisme qui tombe sous l’égide du ministère de l’Éducation. Ce meeting sera l’occasion pour Paul Bérenger d’intervenir sur une estrade politique publique une nouvelle fois après le rassemblement politique du 1er mai avant de repartir en France pour une série d’analyses médicales suite au traitement qu’il a subi en avril dernier. Le leader du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth, sera également présent à Plaine-Magnien.
« Nous allons traiter Vasant Bunwaree avec tout le mépris qu’il mérite à la lumière de ses prises de position depuis que ce scandale de pédophilie a éclaté au grand jour. De jour en jour trop de zones d’ombres surgissent dans cette affaire surtout avec l’arrestation et l’inculpation provisoire de la psychologue et de l’ex-instructrice du MITD. Par contre, celui qui se trouve au centre de cette sinistre affaire semble être bien protégé », a déclaré au Mauricien le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan.
Des recoupements d’informations effectués auprès des sources autorisées après la réunion d’hier indiquent que des extraits des enregistrements de conversations qualifiées de compromettantes pour des parties impliquées dans cette affaire pourraient être diffusés lors de ce meeting. Mais les représentants de l’opposition, interrogés à cet effet, n’ont ni infirmé ni confirmé ce détail.
Ces enregistrements de différentes confessions de l’étudiante victime du MITD constituent la pièce maîtresse de l’interrogatoire de l’ex-institutrice Sudha Singh, inculpée par le Central CID du délit provisoire de Conspiracy. Une nouvelle audition Under Warning en présence de Me Roshi Bhadain, conseil légal de Sudha Singh, devrait se dérouler aujourd’hui avec les trois CD d’enregistrements versés dans le dossier à charge à la fin de l’exercice cette semaine.
Au cours de l’interrogatoire d’hier, Sudha Singh a apporté des preuves au sujet des différents numéros de téléphone cellulaire utilisés par l’étudiante victime du MITD pour communiquer avec elle. Ces preuves sont sous la forme de messages émanant de la victime en personne. D’autre part, toujours hier, cette étudiante du MITD et ses parents, en l’occurrence sa mère et son père, ont fait le déplacement au Central CID. Ils ont été convoqués en vue de recueillir leurs Specimen Signatures dans le cadre de l’enquête policière. Ils étaient en compagnie de leur conseil légal, Me Rama Valayden.
La mère de la victime conteste la signature d’un document produit par la psychologue Pascale Bodet pour attester la présence de la première nommée à une réunion. Ce document en litige porte quatre signatures dont celles de la mère et de la fille. Pascale Bodet a été inculpée provisoirement pour faux et usage de faux suite à la déposition de la mère.
L’autre ministre ciblé par la campagne de l’opposition n’est nul autre qu’Anil Bachoo. « Nous les dénonçons pour leur incompétence criminelle. Comme l’a dit Navin Ramgoolam, Bachoo pou bizin charrier sa 21 viktim otour so likou ziska li mort », ajoute le porte-parole du MMM, qui confirme le prochain rendez-vous du Remake 2000 à Lallmatie.
Les dénonciations porteront sur les 11 victimes des inondations meurtrières du samedi 30 mars et les dix victimes de l’accident dramatique du virage de Sorèze le vendredi 3 mai. Les dessous de l’échec de la mise à exécution des Speed Cameras et de l’octroi de ce contrat de Rs 171 millions à la firme ProGuard Ltd seront également évoqués lors de ce deuxième meeting du Remake 2000.
Deux autres meetings sont annoncés, un à Bambous avec pour cible le ministre des Administrations régionales et des Îles Lointaines, Hervé Aimée et au No 4 (Port-Louis Nord/Montagne-Longue) avec la ministre Mireille Martin en point de mire.