Sir Anerood Jugnauth sillonnera tous les coins du pays pour animer des meetings publics et autres congrès dès la semaine prochaine. « Il n’y aura pas de light job mais un heavy duty ; peut-être que je ne trouverai pas assez de temps pour ce travail. Il faudra faire des heures supplémentaires », répond le leader de l’Alliance MSM/MMM à une question du Mauricien, qui voulait savoir comment il occupera son temps alors que le leader de l’Opposition Paul Bérenger sera pris avec les affaires du Parlement.
C’est un SAJ très en verve qui a participé à la séance de questions-réponses avec les journalistes, hier, à l’issue de sa conférence de presse-bilan du meeting du MSM/MMM mardi à Port-Louis. Il a d’abord déclaré qu’il ne comptait pas présenter d’excuses « à qui que ce soit », parce qu’il n’a fait que commenter ce qui s’est passé à Quatre-Bornes le 1er mai 2011. Le leader du MMM Paul Bérenger ajoute que c’est Ramgoolam qui a insulté Nita Deerpalsing ce jour-là. « Il ne présente pas d’excuses, e se SAJ ki bizin prezant ekskiz », ironise-t-il. À SAJ d’ajouter : « C’est le monde à l’envers. »
Interrogé quant à l’absence du Deputy Leader du MMM à Port-Louis mardi, SAJ répond que tout le monde sait que Jayen Cuttaree s’est retiré de la politique et qu’il a pris un emploi. « Tout le monde connaît aussi sa proximité avec les travaillistes. Alor tir zot prop konklizion. » Paul Bérenger ajoute qu’il est en contact permanent avec son Deputy Leader et qu’il n’est un secret pour personne que Jayen Cuttaree ne porte pas SAJ dans son coeur. Au sujet de Sunil Dowarkasing, le leader de l’alliance MSM/MMM explique que dans toute alliance, il y a du give and take. « Il faut faire des concessions car nous avions à accomodate Éric Guimbeau. Nous avions alors décidé de ne pas mettre de candidat à Curepipe. Mais Sunil Dowarkasing pa trouv sa korek, il a insisté pour un ticket à Curepipe. Mo bien sagrin pou dir li non, li pa posib. Si li mekontan, li al kot Ptr, je lui souhaite bonne chance », répond-il.
S’agissant de la présence d’Ashock Jugnauth sur le podium de l’alliance gouvernementale à Vacoas, SAJ estime que ce dernier lui a rendu un grand service en faisant les éloges de l’alliance MSM/MMM. « Il n’a trouvé que de la haine envers Pravind Jugnauth et c’est tout », déclare-t-il. Paul Bérenger ajoute, lui, que par sa façon de faire, Ashock Jugnauth « finn perdi lamitie e respe bann militan enn sel kout ». SAJ rappelle que ce sont les Travaillistes qui avaient accusé Ashock Jugnauth de corruption et de fraude électorale. « Ils ont contesté son élection et lui ont fait perdre son siège au Parlement. Azordi li al tom lor zot lipie, mo trouv sa enn laont ».
Auparavant, SAJ s’est dit très satisfait de la foule qui s’est déplacée à Port-Louis mardi dernier pour écouter les orateurs de l’alliance MSM/MMM. « C’était une grande foule, très attentive ; une foule qui a reconnu qu’il y a des problèmes dans le pays et que celui-ci court vers le précipice », dit-il. Il ajoute que même les autorités ont reconnu qu’il y avait deux fois plus de monde à Port-Louis qu’à Vacoas.
Fort de la confiance que lui donne cette foule, SAJ se dit plus que déterminé à continuer la lutte pour que Navin Ramgoolam prenne le chemin du départ. « Li kler ki nou kanpayn fi port so frwi », souligne-t-il. L’ex-président de la République condamne aussi le rôle de la MBC qui, dit-il, a manipulé les images de la foule de mardi dernier. Ce qui montre que la station nationale de radiotélévision est devenue un instrument politique et de propagande entre les mains du gouvernement actuel. Paul Bérenger estime, lui, que l’alliance MSM/MMM ne pouvait faire mieux. Il annonce, ensuite, une série de meetings, un par circonscription et par quinzaine, que SAJ et lui-même animeront bientôt.