À l’approche des vacances parlementaires de la fin de l’année, le mouvement syndical se mobilise en vue d’obtenir la convocation des consultations tripartites en vue de décider du quantum de la compensation salariale et l’adoption de l’Additional Remuneration Bill 2015. Au cas où cette démarche n’aboutisse pas dans les prochains jours, quelque 525 000 salariés et 184 000 bénéficiaires des prestations sociales devront se retrouver sans une compensation à partir du 1er janvier prochain, vu que la dernière, soit le paiement uniforme de Rs 600, est en vigueur depuis le 1er  janvier dernier. Ce problème a surgi avec le changement apporté par le gouvernement de L’Alliance Lepep à la définition de l’année financière, la ramenant du 1er juillet au 30 juin au lieu du 1er janvier au 31 décembre comme ce fut le cas jusqu’à l’année dernière. La requête syndicale s’adresse principalement au ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, pour la convocation des consultations entre partenaires sociaux, soit le gouvernement, le patronat et les syndicats pour décider du montant de la compensation.
Depuis le début de la semaine, des discussions ont été engagées entre les représentants des différentes fédérations syndicales en vue de dégager une action commune dans le but d’amener le gouvernement à prendre conscience du problème de la compensation salariale. Ashok Subron, négociateur de la General Workers Federation et membre de Rezistans ek Alternativ, qui a soulevé le lièvre depuis le week-end dernier, confirme le projet d’une lettre commune des fédérations syndicales réclamant des tripartites d’urgence.
« Il est évident que nous avons besoin de solliciter le ministre des Finances, qui préside les tripartites au nom du gouvernement. Au nom de tous les salariés et les bénéficiaires des prestations sociales, nous demandons simplement au ministre d’ouvrir ces négociations pour décider de cette compensation. L’urgence se fait davantage sentir car l’Additional Remuneration Bill 2015 doit être voté avant la fin de cette année pour que le paiement soit effectif à partir de janvier 2016 vu qu’il est de plus en plus question que l’Assemblée nationale soit ajournée très bientôt pour les grandes vacances de fin d’année », soutient Ashok Subron, qui souhaite que cette demande soit entretenue positivement.
Dans un premier commentaire, le négociateur de la GWF s’appesantit sur le fait que « nou denons tantativ gouvernman Lalyans Lepep pou refiz pey travayer ek pansyoner zot konpansasyon saler, pou fer plezir bann gro-bone sekter prive, ki pe depli-zan-pli kontrol Lotel Governman.
Latitid iresponsab Gouvernman Lalyans Lepep ek Minis Finans anver klas travayer Moris demontre ki sa gouvernman-la pe de-pli-an-pli savire dan kan patrona lokal ek internasyonal. »
En marge de cette requête au ministre des Finances pour les tripartites, les syndicalistes comptent faire cause commune pour soulever la question de la compensation salariale lors de la réunion mensuelle avec le ministre du Travail et des Relations industrielles, Soodesh Callichurn, demain, à Victoria House. Le premier item à l’agenda de cette réunion est le projet de la mise sur pied d’un National Wage Consultative Council et devra permettre aux syndicalistes de communiquer au ministre de tutelle leurs appréhensions sur la compensation salariale.
La position de Rezistans ek Alternativ sur le projet de National Wage Consultative Council est des plus tranchée, soit l’introduction d’un National Minimum Wage. « Rezistans ek Alternativ soutenir tou bann santral ki pe reklam ki gouvernman vinn delavan avek enn propozisyon piblik pou introdiksyon enn National Minimal Wage, olye ki met dibout enn National Wages Consultative Council, enn nouvo atrap-nigo, a-la Sithanen-Ramgoolam », ajoute Ashok Subron à cet effet.
Dans la conjoncture, la réunion de demain au ministère du Travail se révèle d’une importance capitale car l’Additional Remuneration Bill doit être piloté à l’Assemblée nationale par le ministre de tutelle. Les syndicalistes tenteront d’obtenir une confirmation du ministre Callichurn que le projet de loi sera présenté et adopté avant la prochaine fermeture de l’Assemblée nationale à la fin de cette année.