Les responsables d’Alteo Milling Ltd, du groupe Alteo, située à Union Flacq, ont écopé avant-hier d’une injonction environnementale émanant du Département de l’Environnement du ministère de l’Environnement, leur intimant l’ordre de cesser de polluer la Rivière Constance. Lors d’une visite la veille, les inspecteurs ont constaté que l’usine sucrière et l’unité de production d’électricité du groupe déversaient leurs effluents dans cette rivière. Le Département de l’Environnement a accordé à Alteo Milling Ltd un délai d’une semaine pour nettoyer la rivière.
C’est suite à des plaintes reçues que les officiers de l’inspectorat du Département de l’Environnement sont descendus sur le terrain à Union Flacq pour constater de visu la situation. Une fois sur place, ils ont constaté que des effluents en provenance de l’usine sucrière et de l’unité de production d’électricité se déversaient, à travers un drain, dans la Rivière Constance, « sans que Alteo Milling Ltd ne soit en possession d’un Effluent Discharge Permit ». « Cela polluait la rivière et une odeur nauséabonde en émanait », observent les inspecteurs.
En vertu de l’article 72 de l’Environnement Protection Act de 2002, la directrice du Département de l’Environnement, Dominique Ng, a émis à l’encontre d’Alteo Milling Ltd une injonction environnementale (Prohibition Notice) la sommant d’arrêter immédiatement de déverser ses effluents dans la Rivière Constance et de nettoyer cette rivière d’ici une semaine.
Le non respect de cette Notice, explique Dominique Ng, expose les responsables d’Alteo Milling Ltd, pour une première conviction, à une amende se situant entre Rs 50 000 et Rs 100 000 et à une période de prison ne dépassant pas quatre ans. Pour toute récidive, l’amende passe de Rs 100 000 à Rs 500 000 et l’emprisonnement se situerait entre six et 12 ans.
Dans leur rapport, les inspecteurs du Département de l’Environnement observent qu’en amont avant le point de déversement des effluents, l’eau de la rivière est claire. En revanche, en aval du point de déversement, l’eau est marron. « Il y a des preuves que ce déversement est en train de polluer la rivière », déplorent-il. « De cette vase en décomposition, émanait une odeur nauséabonde ».
Les inspecteurs de l’Environnement ont par ailleurs observé qu’il y a une accumulation de vase dans le lit de la rivière Constance. « À cinq mètres en aval du point de déversement, l’eau est stagnante, et cela a causé une eutrophisation (asphyxie et dégradation de l’écosystème aquatique), et une prolifération d’algues et de plantes aquatiques ».
Dans leur rapport, les inspecteurs soulignent que les représentants d’Alteo Milling Ltd ont admis que les effluents émanant de leur usine et de leur unité de production d’électricité se déversaient dans la Rivière Constance. Ces derniers ont d’autre part été incapables de produire un Effluent Discharge Permit délivré par le ministère des Services publics. Des échantillons de l’eau de la rivière ont été prélevés à des fins d’analyses par le National Environmental Laboratory de Réduit.