L’usine de thon de Riche-Terre pourrait faire l’objet de sanctions de la part du ministère de l’Environnement pour avoir déversé des eaux sales dans la rivière Terre Rouge. Toutefois, aucun lien n’a été trouvé entre ce cas de pollution et la mort des poissons à Mer Rouge.
Des officiers du ministère de l’Environnement, accompagnés de représentants des pêcheurs, ont inspecté hier la rivière Terre Rouge, située à l’arrière de l’usine de thon de Riche-Terre. Ils ont découvert une mousse jaunâtre ayant recouvert la rivière, comme démontré par les photos publiées dans notre édition de jeudi dernier. Toutefois, aucune substance n’émanait des décharges provenant de l’usine au moment de l’inspection.
Le premier constat de la situation est qu’il n’y a aucun lien entre ce cas et la pollution ayant causé la mort des poissons à Mer Rouge lundi dernier. Cependant, le ministère de l’Environnement pourrait prendre des sanctions contre l’usine en raison des substances déversées dans la rivière. « Une décision sera prise aujourd’hui », a laissé entendre un responsable du dossier.
De son côté, l’usine, à travers Imagine Communication, a tenu à préciser que tout le processus industriel est relié au système de tout-à-l’égout. « Il n’y a aucune eau industrielle déversée dans la rivière. Les décharges dont on parle évacuent uniquement l’eau de surface, notamment l’eau de pluie. L’eau provenant du processus industriel est dirigée vers un treatment plant géré par Cernol », soutient Jean-Marie Richard.
Il ajoute que le staff de l’usine a procédé à des vérifications et qu’aucune anomalie n’a été notée.
Par ailleurs, les ministères de la Santé et de la Pêche ont émis un communiqué conjoint hier, mettant la population en garde contre la consommation de poisson provenant de la région de l’estuaire Terre Rouge. « Il est fortement conseillé de ne pas consommer des poissons provenant de la région jusqu’à nouvel ordre. »
Le communiqué précise que des analyses additionnelles seront effectuées par les autorités concernées pour déterminer la cause de la mort des poissons découverts lundi dernier à Mer Rouge. « Le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie et le ministère de la Pêche tiendront le public au courant de l’évolution de la situation. »