Lasse d’attendre des améliorations promises depuis plus d’un an dans les conditions de travail des pompiers affectés à l’atelier de la Fire Station de Coromandel, la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), par la voix de son président, Narendranath Gopee, menace d’avoir recours à une manifestation devant le bureau du Chief Fire Officer, Louis Pallen.
« Cela fait plus d’un an maintenant que nous avons attiré l’attention du ministère de la Fonction publique, de celui des Administrations régionales et du Chief Fire Officer, sur les conditions déplorables dans lesquelles sont appelés à travailler les pompiers affectés à l’atelier de la station de Coromandel », explique au Mauricien le président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), Narendranath Gopee. « L’environnement et les conditions dans lesquelles travaillent les quelque 50 ouvriers pompiers affectés à cet atelier constituent une menace pour leur santé et leur sécurité », s’indigne-t-il.
S’appuyant sur un rapport de l’Occupational Safety and Health Unit du ministère de la Fonction publique datant de décembre 2011, Narendranath Gopee explique : « Non seulement ces ouvriers opèrent dans des conditions menaçant leur santé et leur sécurité, mais, en outre, ils n’ont pas les équipements de protection appropriés. » Selon le rapport, des activités de peinture, de soudure, de polissage, de recharge de batteries et de réparations de véhicules des pompiers ont lieu en même temps et dans le même espace restreint. « This may result into poor work environement and pay compromise the safety and health of occupiers », s’alarme le rapport.
Le document observe également que les murs de l’atelier sont « sales et recouverts de graisse ». En outre, la décharge des eaux usées ne se faisait pas convenablement. « Les eaux usées se sont accumulées, ce qui augmentait la prolifération de moustiques, en sus du risque de se blesser en glissant », poursuit le rapport. De même, les tubes fluorescents dans l’atelier étaient défectueux et inadéquats, « ce qui donnait un faible éclairage de l’atelier, avec tous les risques que cela entraîne », précise encore le rapport.
Les inspecteurs de la Occupational Safety and Health Unit du ministère de la Fonction publique ont aussi noté que des compresseurs, des grues, des crics et des vérins pour les boîtes de vitesse n’étaient pas régulièrement examinés et qu’aucun rapport n’était soumis au directeur du l’Occupational Safety Health du ministère du Travail. Par ailleurs, divers outils et pièces de rechange traînaient sur le sol, là encore augmentant les risques de glisser et de se blesser. « Plusieurs objets inutilisés s’accumulaient et traînaient ça et là. Tout cela contribuait à l’état du mauvais entretien de l’atelier. Sans compter les pièces de rechange, qui obstruaient le passage ! » se sont-ils indignés. L’état des installations électriques a aussi été pointé du doigt par les inspecteurs de l’Occupational Safety and Health Unit. Ces derniers se sont également alarmés qu’il n’y avait aucun suivi médical pour les ouvriers pompiers affectés aux activités de polissage, de soudure et de peinture. « Ces personnes doivent être inscrites sur la liste du programme de surveillance médicale de l’Occupational Health Physician du ministère de la Santé afin de déceler un quelconque problème de santé lié à leur profession », ont-ils en outre recommandé.
« Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons visité cet atelier pour nous faire une idée de la situation. À notre grand étonnement, nous avons noté que rien n’a changé, malgré les recommandations du rapport de l’Occupational Safety and Health Unit du ministère de la Fonction publique », a confié Narendranath Gopee au Mauricien. « La FCSOU considère que le Chief Fire Officer doit prendre des mesures correctives immédiates, faute de quoi nous nous réservons le droit de prendre des actions syndicales très fortes. Une manifestation devant son bureau n’est pas à écarter ! » a-t-il menacé.