La polémique enfle dans les casernes de pompiers au sujet de l’utilisation du camion à échelle télescopique, acquis en 2013 pour la somme de Rs 35 millions, avec de nouveaux éléments embarrassants remontant à la surface. Selon des sources proches du dossier, l’administration du Mauritius Fire and Rescue Service savait depuis au moins février 2013 que la « certification of operation » devait expirer le 15 janvier 2015. Le syndicat des sapeurs-pompiers demande aux autorités compétentes de diligenter une enquête urgente sur les zones d’ombre entourant le fitness du camion Aerial Ladder L32 qui est toujours en opération pour les sorties des soldats du feu sur le terrain.
Après les informations révélées par Le Mauricien en début de semaine, à l’effet que l’administration de Mauritius Fire and Rescue Service a maintenu la mise en opération du camion alors que la « certification of operation » de l’échelle télescopique est arrivé à terme le 15 janvier dernier, de nouvelles informations ont filtré des casernes de pompiers. En effet, les recoupements indiquent qu’au moment de la signature du contrat pour l’acquisition du camion Aerial Ladder L32, il avait été écrit noir sur blanc que la « certification of operation » de l’échelle télescopique arriverait à échéance le 15 janvier 2015. Un élément d’autant plus embarrassant pour l’administration qu’elle avait soutenu qu’il y a une ambiguïté au sujet de la date et que ce n’est qu’à la dernière minute que le fournisseur a précisé que le fitness arrivait à terme.
Ces mêmes sources, approchées par Le Mauricien, confirment que le 19 novembre 2014, le Mauritius Fire and Rescue Service a fait parvenir une correspondance au représentant local de la firme autrichienne qui a fourni le camion pour demander une cotation pour la maintenance incluant celle pour la « certification of operation ». Les indications sont que la compagnie aurait produit les renseignements demandés par le QG des sapeurs-Pompiers mais aucune suite n’a été donnée. « Aujourd’hui, comment ces mêmes personnes peuvent venir dire qu’il y a une confusion autour de la date et qu’elles ont été mises au courant de la date d’échéance à la dernière minute », avance-t-on dans certains milieux.
En attendant de nouveaux développements dans cette affaire, la plus grande inquiétude est de mise parmi les sapeurs-pompiers et le syndicat concerné tire la sonnette d’alarme sur les dangers qu’encourent les officiers. « Nous déplorons la position de l’administration et surtout sa mauvaise gestion des affaires. La vie des sapeurs-pompiers est en danger avec la décision de continuer à utiliser ce camion à échelle télescopique. Nous faisons un appel pressant au Premier ministre sir Anerood Jugnauth et au ministre de tutelle pour une intervention dans ce dossier », déclare Ashraf Buxoo, président de la Government Services Employees’ Association (GSEA) Fire Fighters Cadre, contacté par Le Mauricien ce matin. Le syndicat des sapeurs pompiers réclame une double enquête, au niveau de l’inspectorat de la Health and Safety Division du Service civil et du Factory Inspectorate du ministère du Travail, pour éclaircir les zones d’ombre autour du fitness du camion à échelle télescopique.