Nouveau dimanche mouvementé à la plage de Pomponette hier. Alors que la semaine dernière, ils étaient confrontés aux promoteurs de l’hôtel qui sera construit à cet endroit, les membres d’Aret Kokin Nou Laplaz (AKNL) se sont retrouvés hier face à un groupe d’habitants de la région. Selon Yan Hookoomsing, porte-parole, des pêcheurs auraient été engagés par les promoteurs et les agents politiques pour les intimider. Il dénonce ainsi « une vieille tactique des colons pour soulever des membres d’un groupe contre les autres ». Toutefois, un habitant de la région, qui était lui du côté des promoteurs, affirme que ce sont les membres d’AKNL qui les ont « provoqués ».
La tension est montée d’un cran à la plage de Pomponette hier, quand des membres d’AKNL se sont retrouvés face à des personnes se disant être « des pêcheurs de la région ». Ian Jacob, membre de la coalition d’écologistes, était le premier sur les lieux. Il dit avoir été intrigué par un attroupement autour des promoteurs du projet hôtelier, qui se trouvaient sur place. « À un certain moment, il y a quelqu’un qui m’a approché et m’a demandé ce que je faisais là. Il m’a ensuite demandé où j’habitais, avant de préciser que lui venait d’Africa Town (ndlr : village à proximité de la plage de Pomponette) et qu’il était ici pour la construction d’un hôtel à Pomponette. Il m’a même dit qu’il était disposé à se battre s’il le fallait. Pour moi, c’était carrément de l’intimidation ».
Entre-temps, ajoute Ian Jacob, un des promoteurs a appelé un autre pêcheur pour lui montrer la plaque d’immatriculation de sa voiture. L’homme qui l’avait approché lui aurait alors indiqué que les promoteurs avaient organisé un « gathering » pour eux sur la plage. « L’alcool coulait à flots. Visiblement, c’était pour encourager les pêcheurs à se montrer hostile envers nous ».
Les autres membres d’AKNL sont pendant ce temps arrivés et, à un certain moment, la tension est montée entre les deux parties. « Une fille de notre équipe prenait des photos quand elle a été bousculée par les personnes qui accompagnaient les promoteurs. On voulait même lui prendre son portable. Les autres filles ont dû intervenir », soutient Ian Jacob.
Yan Hookoomsing, qui était également sur place, dénonce cette façon de faire des promoteurs. « C’est une vieille technique des colons qui consiste à donner à boire à des membres d’un groupe pour les soulever contre les autres. On a vu ça dans le passé avec les Indiens d’Amérique », observe-t-il.
Yan Hookoomsing dénonce également l’implication d’agents politique du MSM et un membre en vue du Mouvement Patriotique. « Je me demande comment un parti qui se dit “patriotique” peut cautionner de telles actions. Nous comptons en discuter avec Alan Ganoo », ajoute Yan Hookoomsing.
Ce dernier rappelle également que la National Development Strategy indique qu’il faut protéger l’environnement naturel de la zone côtière du Sud, s’étendant de Blue-Bay à Baie-du-Cap. Il y est précisé : « The existing coastline is preserved and that only limited tourism development should be permitted in and around existing centres, where inward investment contribute to development clustering and thereby sustain local economies. »
C’est en se basant sur ces recommandations qu’AKNL a soumis une proposition pour la construction d’éco-lodges dans cette région, à la place d’hôtels. Yan Hookoomsing se demande également si le ministère du Logement et des Terres avait le droit d’autoriser un projet hôtelier sur cette plage, compte tenu des recommandations de la National Development Strategy. « Nous attendons Showkutally Soodhun de pied ferme en cour mardi », ajoute-t-il.
Toutefois, du côté des personnes qui accompagnaient les promoteurs hier, c’est un tout autre son de cloche. « Les pêcheurs avaient été engagés par les promoteurs pour nettoyer la plage, car, en cette période hivernale, ils ne peuvent aller pêcher et cela leur a permis de gagner leur vie. Ce sont les membres d’AKNL qui sont venus nous provoquer. Qui plus est, ils ont pris des photos de nous sans notre autorisation », dit un habitant de la région, qui se trouvait sur place.
Il avance également que les pêcheurs d’Africa Town, premier village à proximité de la plage de Pomponette, sont d’accord avec ce développement « qui permettra à leurs enfants de trouver du travail ». Il nie toutefois le fait qu’on avait offert à boire aux pêcheurs pour les inciter à se montrer hostiles aux membres d’AKNL. « Il est courant à Maurice que les gens prennent un verre à la plage, surtout après avoir travaillé ».
Yan Hookoomsing précise pour sa part qu’AKNL n’est pas contre le développement, mais qu’il est contre le « pillage du patrimoine foncier et contre ceux qui violent la loi ».