Le Caudan, havre de partage et de fraternité ? Tel est en tout cas l’objectif du Pont Lakorité, lancé officiellement jeudi. Ce projet vise à renforcer le pont emblématique du Caudan, situé au Barkly Wharf, en édifice symbolique. Comment ? Rien de plus simple : il suffit d’y accrocher un cadenas pour « sceller un acte d’amitié ». Le public est de fait invité à venir nombreux accrocher leurs cadenas sur les parapets grillagés du pont. Selon Aradhna Boodhoo-Laumond, Communications Coordinator du Caudan, cet acte est une « belle manière » de proposer une identité singulière « à notre pont » et, d’autre part, d’offrir aux Mauriciens un moyen « poétique » de « s’approprier le Pont Lakorité en y scellant leurs liens avec des cadenas personnalisables ». Quant à Philippe d’Arifat, Centre Manager du Caudan Waterfront, il parle lui de cet élan comme d’un « moyen de se réconcilier avec soi-même ».
Cette pratique, originaire d’Europe de l’Est dans les années 80-90, s’est répandue en Europe occidentale dans les années 2000. Le Pont des Arts, à Paris, est un des exemples les plus symboliques de cette pratique. Les couples y accrochaient alors des cadenas pour témoigner de leur amour. Ces cadenas, surnommés « cadenas d’amour », comportent les prénoms ou les initiales des amoureux, de même que la date à laquelle ils ont été accrochés  ainsi qu’un petit message personnel.