L’enquête confiée au Central CID au sujet de l’importation frauduleuse de voitures de luxe, connue sous le nom de code “Opération Lamborghini”, devra aborder la semaine prochaine un nouveau palier. Dans un premier temps, deux Porsche Cayenne importées au nom d’une grosse pointure opérant au Champ-de-Mars sont ciblées par les hommes des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi. L’étape préliminaire de l’enquête policière justifie la prochaine convocation de l’homme fort du Mauritius Turf Club (MTC) pour des premières explications.
Entre-temps, l’étau se resserre autour de Dhaneshwar Toolsee, le directeur de SS Motor Point Ltd. vu son implication dans une dizaine de cas de sous-facturation à l’importation de ces bolides, principalement des Porsche.
En fin de semaine, des informations disponibles indiquent que des limiers du Central CID ont identifié les deux prête-noms utilisés par l’homme fort du Champ-de-Mars pour assurer l’importation de ses deux Porsche. Toutefois, l’un des deux se trouve actuellement à l’étranger alors que l’autre devra être convoqué probablement au cours de la semaine prochaine pour interrogatoire Under Warning.
L’autre hic dans cette affaire est qu’une fois la décision de cette enquête prise, le principal concerné, cet habitué du Champ-de-Mars, s’est vite débarrassé de ces bolides encombrants en remettant sur la route ses anciennes voitures avec les mêmes plaques d’immatriculation que les nouvelles berlines.
Après des semaines d’enquête sur le terrain, des enquêteurs de la police ont pu retracer le lieu sûr où a été garée l’une des deux Porsche. Par contre, pour l’autre berline, des recherches se poursuivent. Une descente des lieux chez des proches du prête-nom en vue de retrouver l’autre Porsche n’a pas donné des résultats escomptés. Au garage, n’était garée qu’une carcasse de voiture.
Néanmoins, des sources proches des enquêteurs affirment qu’il existe de la Documentary Evidence suffisante pour entamer cette nouvelle étape de “l’opération Lamborghini”. En effet, l’Ultimate Holding de ces deux voitures de luxe aurait participé de manière active aux procédures administratives pour leur importation.
Des documents relatifs ont été obtenus du département de la douane de la Mauritius Revenue Authority (MRA). Des officiers de la MRA concernés par le dédouanement de ces voitures devront être entendus par le Central CID à une étape ultérieure de l’enquête.
Le dénominateur commun dans une dizaine de cas faisant l’objet de “l’opération Lamborghini” reste Dhaneswar Toolsee, qui a, semble-t-il, constitué un réseau à toute épreuve de clients et de contacts pour faciliter son business. Dès la semaine prochaine, le directeur de SS Motor Point sera interrogé sur les allégations portées par Gerald Lincoln, le patron d’EY (anciennement Ernst & Young) dans sa déposition consignée récemment.
D’autre part, Thierry Lagesse a initié des procédures en Cour de Port-Louis en vue d’obtenir un Variation Order au sujet de son interdiction de quitter le pays. L’homme d’affaires a plaidé qu’il doit effectuer des déplacements réguliers à l’étranger de nature professionnelle pour justifier que son passeport lui soit restitué. Le tribunal de Port-Louis fera connaître sa décision dans les jours à venir.