Les syndicats et membres de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) sollicitent une rencontre des plus urgentes avec le DPM Xavier-Luc Duval, et “Parent Ministry” du port, pour discuter de quatre sujets cruciaux, soit les négociations avec DP World, la réintégration du syndicaliste Alain Édouard, les négociations salariales et l’introduction d’un Remuneration Order pour le secteur portuaire.
« Nous lançons un appel solennel à XLD pour recevoir et écouter la PLMEA », dit Ashok Subron, principal négociateur de la PMLEA, qui avait mobilisé ses troupes hier aux Salines. Les dirigeants se sont adressés, tour à tour, à l’assistance présente dans la salle municipale Jean Lebrun. Divers items figureront à l’agenda lors de la rencontre avec Xavier-Luc Duval, notamment la privatisation du port et les propositions de DP World. La PLMEA réclame à cet effet que les propositions de DP World soient rendues publiques avant la signature de tout contrat avec la partie dubaïote, « et non pas après », comme le précise Ashok Subron. « Lepep ava zize. Li ava donn so lopinion. » Parmi les autres sujets qui seront abordés, on retrouve, sans surprise, la réintégration du syndicaliste Alain Édouard, licencié par la Mauritius Cargo Handling Corporation Ltd, mais aussi les négociations pour la révision salariale et des conditions de travail des employés du port et, enfin, la nécessité d’un Remuneration Order pour les employés du port. Une lettre a été rédigée à la fin de l’assemblée pour être envoyée au DPM qui, espère la PLMEA, sera disposé à recevoir le syndicat à son retour de Côte d’Ivoire. « Si ou anvi vinn PM, bizin respekte drwa travayer », a lancé Ashok Subron.
Lors de son intervention, Ashok Subron a également dénoncé des tentatives visant à remettre en question le droit de grève et la campagne pour dénigrer les employés du port, de même que la « répression » envers les syndicalistes et les employés, et le « terrorisme », exercé par certains, « inn fer tou pou touy sindika lepor », fustige le syndicaliste. Au sujet de l’accord avec DP World, Ashok Subron a déclaré que le pourcentage d’actionnariat, qu’il soit minoritaire ou majoritaire, « importe peu, car il mettra en péril la souveraineté nationale » du pays, disant craindre ainsi « une mainmise des partenaires étrangers ». Alain Édouard, qui est intervenu, s’est prononcé sur l’ouverture des négociations. « Nou pa rod konfrontasyon nou. Nou le asize, negosie », a-t-il déclaré. L’appel a été ensuite lancé en marge de la grande mobilisation organisée par la plateforme GWF-JNP-PLMEA-UBIW-CARES et Rezistans ek Alternativ le 1er mai à Pointe-Canon, Mahébourg.