La Mauritius Freeport Development Company Limited (MFD) est en projet de restructuration. Son conseil d’administration vient d’annoncer la création d’une société holding, la MFD Group Limited (MFDGL) qui aura, dans un premier temps, une seule filiale, la MFD, avant que d’autres compagnies ne se joignent au groupe.
La création d’une société holding, explique le conseil d’administration dans une communication adressée au marché boursier – la MFD est cotée sur le Development & Enterprise Market (DEM) de la Bourse de Port-Louis –, cadre avec la politique de diversification des activités de la MFD et de la séparation des opérations effectuées dans le port franc d’autres types d’activités qui seront lancés à l’avenir.
La restructuration, sous la forme d’un « Scheme of Arrangement », doit d’abord être approuvée par la Cour suprême avant qu’une réunion spéciale des actionnaires ne soit convoquée pour donner son aval au projet en question. Celui-ci consistera en un transfert des actions de la MFD à la nouvelle société holding. Les intérêts sous-jacents des actionnaires de la MFD resteront inchangés. Les actions émises par MFDGL seront ensuite introduites sur le DEM après l’obtention du feu vert des autorités boursières.
La direction de la MFD annonce que la compagnie a enregistré des profits pendant les cinq dernières années. Malgré ces résultats positifs, réalisés grâce à des investissements conséquents dans les infrastructures et l’exécution d’un plan stratégique, la MFD n’a pas été en mesure de distribuer des dividendes à ses actionnaires vu le déficit de ses revenus en réserve, déficit accumulé pendant les premières années d’opération. Le conseil d’administration a proposé lors d’une réunion tenue le 9 octobre dernier de procéder à une réduction du capital de la société, décision qui doit être avalisée par les actionnaires. L’objectif de cette mesure est d’absorber le gros du déficit au niveau des réserves afin de permettre à la société de déclarer des dividendes à l’avenir.
Le conseil d’administration précise que cette réduction du capital de la MFD ne fait pas partie du projet de restructuration envisagé.