Les actionnaires de la Mauritius Freeport Development Co Ltd (MFD) ont été convoqués à une réunion spéciale le 9 décembre prochain en vue d’approuver une réduction du capital de la compagnie, de Rs 1,2 milliard à Rs 810 M. Un tel exercice permettrait éventuellement à la société de distribuer des dividendes à ses actionnaires. La MFD a réalisé des profits ces dernières années, indique le conseil d’administration dans un document remis aux actionnaires et aux autorités boursières – la MFD est cotée sur le Development and Enterprise Market (DEM) de la Bourse de Maurice. Pour l’exercice financier se terminant en décembre 2013, la compagnie a enregistré des bénéfices après-impôt de Rs 48,3 M contre Rs 10,1 M en 2012. Le premier semestre de l’exercice 2014 s’est soldé par des profits nets de Rs 34,1 M par rapport à Rs 12,2 M pour la même période de 2013. En dépit de ces résultats positifs, qui ont été atteints grâce à des investissements conséquents dans les infrastructures et l’exécution d’un programme stratégique, expliquent les directeurs, la MFD n’a pas été en mesure de distribuer des dividendes à ses actionnaires du fait d’un gros déficit au niveau de ses « revenue reserves ». Ce déficit, précise-t-on, s’élevait à près de Rs 394 M à la fin de l’année financière 2013. Le conseil d’administration explique que l’article 62 de la Companies Act 2001 fait provision pour qu’une compagnie réduise son capital souscrit par un montant qui n’est pas représenté par la valeur de ses actifs. Le conseil d’administration demandera en conséquence aux actionnaires de MFD de voter une résolution pour réduire son capital de Rs 390 M, ce qui laissera finalement sous l’item des pertes accumulées un montant de l’ordre de Rs 4 M. Les directeurs sont confiants que la MFD dégagera des profits pour la présente année financière. Ils estiment que la réduction du capital envisagée permettrait à la compagnie de distribuer des dividendes à partir de ses revenus de 2014 à condition, toutefois, que les revenus dépassent la balance de quelques Rs 4 M figurant comme « deficit in revenue reserves ». La MFD a été incorporée en tant que compagnie privée en août 1995 avant d’être convertie en compagnie publique en février 1997. Elle a été à la base de la construction d’imposantes infrastructures dans le port franc.