Le référendum à bulletin secret, organisé mercredi et jeudi derniers par l’Employment Relations Tribunal pour désigner l’organisation syndicale qui détiendra le droit exclusif de représenter les employés de la Cargo Handling Corporation (CHC) auprès de leur direction, a été remporté par la Port-Louis Maritime Employees Union (PLMEA), syndicat affilié à la General Workers Federation (GWF).
Selon les chiffres officiels, sur les 1352 employés que compte la CHC, 1259 ont participé à l’exercice démocratique. 742 employés (soit quelque 54% des votants ) ont porté leur choix sur la PLMEA et 499 (39.6%) ont, eux, désigné le panel composé de la Port-Louis Harbour and Docks Workers Union, la Maritime Transport and Port Employees Union, la Docks and Wharves Staff Employees  Associationet la Stevedoring and Marine Staff Employees’ Association.
Les résultats de ce référendum, assez largement attendus, il est vrai, représentent un petit tremblement de terre dans le mouvement syndical national dans la mesure où la PLMEA avait contre elle seule quatre adversaires historiques qui ont tous, à un moment donné, connu leur heure de gloire dans un secteur portuaire constamment en ébulition. Qui plus est, derrière l’affrontement entre les deux camps, il y avait également un duel entre deux porte-drapeau de la gauche radicale dans le pays que sont Ashok Subron (négociateur de la PLMEA et animateur de Résistans ek Alternativ) et Jack Bizlall (négociateur du panel des quatre syndicats et principal porte-parole du Mouvement 1er Mai).
Ashok Subron et son organisation ont joué à fond sur le rejet de la Port-Louis Harbour and Docks Workers Union par un important nombre d’employés de la CHC. Ils ont surtout tablé sur un accord salarial que la PLMEA a obtenu de la direction de la CHC après une épreuve de force, l’année dernière. Pour Ahsok Subron, “les travailleurs du Port ont compris l’enjeu du scrutin; s’il avaient voté autrement, ils auraient ainsi renoncé à un accord salarial favorable que la PLMEA a arraché à la direction de la CHC, l’année dernière, et que le panel des quatre autres syndicats remettait  en question.”Toujours selon Subron, “la victoire de la PLMEA marque également le retour de la GWF dans le secteur portuaire après que la PLH&DWU s’en est dissocié. C’est une victoire obtenue en toute humilité qui permet de transmettre la lutte syndicale à une nouvelle génération de travailleurs du port qui a la volonté de procéder à la modernisation de ce secteur, à se battre contre la privatisation, à combattre pour obtenir des promotion à ceux-là qui le méritent”.
De son côté, Ibrahim Moussa, porte-parole du panel des quatre syndicats, a déclaré accepter le verdict, mais, pour lui, ces quatre syndicats continueront leur travail. “Nous allons continuer à insister sur les droits de tous les travailleurs du Port à leur dignité et à leur respect, indépendamment de leur appartenance syndicale, sauf que nous ne pourrons pas signer des accords collectifs en leurs noms à tous puisque ce droit revient maintenant uniquement à la PLMEA. Mais tout compte fait, l’écart n’a été que de 243 voix et on est très loin de la grande défaite qui nous avait été annoncée par l’autre camp”, a conclu Ibrahim Moussa.