Au port, les travailleurs ont repris le travail le 3 janvier mais les activités sont toujours perturbées en raison des déferlantes qui atteignent jusqu’à 1,8 mètre de haut. Ce qui empêche les navires d’accoster depuis la semaine dernière. Six ou sept navires sont actuellement dans l’attente que les conditions de la mer retournent à la normale avant de commencer l’embarquement et le débarquement des conteneurs.

Cette attente de navires en tête de rade inquiète les entreprises mauriciennes dont les matières premières ou les stocks sont en baisse et donc susceptibles de ne pas permettre à l’activité économique de redémarrer à plein régime lorsque les usines ou commerces votre réouvrir.