Les Port-Louisiens ont-ils boudé les municipales 2015 ? C’est la question que l’on se pose à la lumière du taux de participation enregistré lors du scrutin d’hier. Un citadin sur trois s’est rendu aux urnes, avec pour résultat qu’avec un score moyen de 33, 56 %, Port-Louis — où il y avait le plus grand nombre d’inscrits (113 720) — s’est retrouvé derrière les quatre autres villes. La capitale ne fait pas mieux comparativement aux municipales de 2012, quand le taux de participation avait atteint une moyenne de 43 %.
Dans tous les arrondissements de la capitale, les premières heures suivant l’ouverture des centres de vote ont été marquées par un mouvement des plus lent des électeurs. Dans les centres du Ward 1 (Pointe-aux-Sables/La Tour-Koenig) et du Ward 2 (Grande-Rivière-Nord-Ouest/Pailles), la moyenne oscillait entre 5 à 6 %, taux qui allait doubler sur le coup de midi. Le temps pluvieux dans certaines régions à la mi-journée semblait avoir refroidi l’ardeur des électeurs, des agents et des sympathisants des différents partis en lice. Il a fallu attendre l’après-midi pour assister à un mouvement plus important dans l’ensemble des arrondissements, faisant grimper le taux final à plus de 30 %.
L’ambiance était timorée dans les Wards 3 et 4 pendant la matinée. À la Raoul Rivet GS, on avait enregistré à 8 h seulement 14 votants sur 1 758 inscrits. Jacques Tsang Man Kin, candidat MAM au Ward 3, observait alors que « si nous avons le même taux d’abstention que lors des précédentes élections, cela signifie que la réaction des gens envers la classe politique est la même ; par contre, si le taux d’abstention diminue, cela voudra dire que les gens sont motivés ». Cependant, à la Guy Rozemont GS (Ward 4), l’on pouvait voir une certaine animation.
Ailleurs, dans les Wards 6 (centre-ville) et 8 (Vallée-des-Prêtres/Chitrakoot), l’ambiance était plutôt terne. À la première heure, moins de 2 % des inscrits étaient venus voter, situation qualifiée « d’inquiétante » par les officiers de la Commission électorale. Tendance qui devait se confirmer au pointage de la mi-journée. Les rues de région nord de Port-Louis, du quartier chinois et de Roche-Bois étaient assez tranquilles. Ce n’est que vers 15 h qu’il y a eu un peu de mouvement, mais les officiers pensaient que ce serait un « miracle » si le nombre de votants dépassait la barre de 35 %. Une légère hausse a toutefois été constatée. Au Ward 8, le dernier pointage indiquait 37, 29 % de votants, bien plus que celui du Ward 6 (34, 01 %).
Dans l’arrondissement No 5 (Idrice Goomany/Jean Lebrun), les électeurs se sont déplacés surtout deux ou trois heures avant la fermeture des centres de vote. Si l’ambiance du côté de Surtee Soonnee GS, Medco Trinity SS et Jean Lebrun GS s’est avérée plutôt calme au courant de la journée, on pouvait sentir une certaine tension du côté de l’Idrice Goomany GS à Plaine-Verte, particulièrement en début d’après-midi. Mécontentes de ne pouvoir rester dans la cour de l’école, certaines personnes ont haussé la voix avant d’être calmés par les policiers fortement mobilisés. À la fermeture des centres de vote, plusieurs habitants de la région s’étaient regroupés devant l’école Idrice Goomany, assurant une bonne ambiance.
Si certains candidats sont d’avis que le fort taux d’abstention à Port-Louis serait aussi dû à la préparation du Ramadan par les électeurs de foi musulmane, pour Dany Marie, de Rezistans Ek Alternativ, « il y a un sentiment de ras-le-bol des Mauriciens envers les politiciens ». Les Mauriciens, selon elle, « en ont marre des fausses promesses ». Eddy Sadien, travailleur social posant en candidat indépendant, fait pour sa part ressortir que l’abstention est une expression de mécontentement. « Les gens ne savent plus s’ils doivent voter et pour qui voter ». Des huit arrondissements de Port-Louis, c’est celui du No 8 (Vallée-des-Prêtres/Chitrakoot) qui a enregistré un plus fort taux de participation, soit 37, 29 %, devançant celui du No 5 (Jean Lebrun/Idrice Goomany) avec 36, 83 %. Le plus faible taux (28, 56 %) a été enregistré au No 7 (Cité Briquetterie/Père Laval).