Réuni hier après-midi en séance bimensuelle, le conseil municipal de Port-Louis a décidé d’annuler l’allocation d’un étal à Samynaden Sivajee, vendeur de rotis Aka. Son échoppe se trouve à la foire municipale du Jardin de La Compagnie.
C’est à la suite de la réception des plaintes émanant des exploitants des étals voisins que la mairie a décidé de passer à l’action. Selon les indications fournies par le lord-maire Mamade Kodabaccus, les auteurs des plaintes allèguent qu’ils seraient victimes d’une campagne de harcèlement orchestré par M. Sivajee.
Le vendeur de rotis Aka s’était élevé contre les désordres causés par les travaux de construction d’un immeuble pour le compte de la State Insurance Company of Mauritius (Sicom). L’étal Aka se trouve à l’arrière du site de construction, la rue Révérend Lebrun les séparant.
Selon Samynaden Sivajee, ces travaux dégagent de la poussière, ce qui gêne les activités des marchands. Le plaignant avait déjà fait une grève de la faim pour amener les autorités à contraindre les promoteurs du projet de construction à prendre des mesures appropriées pour résoudre les problèmes causés. Il a même menacé de s’immoler devant l’Assemblée nationale, se proposant d’exécuter sa menace demain le 10 février.
D’autre part, à la suite d’une décision du ministère des Administrations régionales, le conseil a décidé de n’organiser aucune fête de fin d’année. Il met également un terme à l’envoi de cartes de souhaits, comme c’était traditionnellement le cas.
Les mesures de soutien aux sociétés religieuses pour les fêtes Yaum-un-Nabi et Cavadee ont été ratifiées par les membres du conseil.