Un accord entre le gouvernement et une organisation représentant la communauté sino-mauricienne devrait être signé dans le futur en vue de résoudre le problème de profanation de tombes au cimetière Bois-Marchand. Par ailleurs, s’agissant du manque de sécurité déploré par les usagers de la route dans le vieux quartier chinois, dans la capitale, une visite des lieux devrait être effectuée par la mairie de Port-Louis avant d’effectuer des travaux de réaménagement en vue de prévenir d’éventuelles chutes de piétons. C’est ce qui ressort d’une rencontre jeudi dernier entre députés, conseillers de la mairie et membres de la communauté sino-mauricienne.
En prélude aux élections générales de décembre dernier, des réunions nocturnes avaient eu lieu entre les candidats des divers partis et la communauté sino-mauricienne en vue de prendre connaissance des problèmes et attentes de cette dernière. Parmi les problèmes majeurs soulevés figuraient les actes de profanations et de pillages au cimetière de Bois-Marchand, de même que la sécurité dans le quartier chinois. Les membres de la communauté sino-mauricienne avaient émis le souhait de rencontrer les députés de manière régulière afin qu’il y ait un suivi des problèmes soulevés, et non pas simplement une rencontre ponctuelle juste avant les législatives, comme cela a souvent été le cas. La communauté avait alors, au cours de leur rencontre fin 2014, fait part de la perception « que l’on organise de telles réunions à la veille des élections juste pour venir quémander nos votes ». C’est dans ce contexte que s’est tenue la réunion de jeudi.
Etaient invités le ministre de la Fonction publique Alain Wong, la PPS et députée de Port-Louis Sud-Port-Louis central Roubina Jadoo-Jaunbocus ainsi que les conseillers municipaux Zahrah Atchia, Eshan Mamode et Franco Salomon. Les actions à initier en guise de solutions aux problèmes suscités ont été au coeur des discussions entre les deux parties. Ainsi, au terme de la réunion, il a été convenu qu’un accord entre le gouvernement et une organisation représentant la communauté sino-mauricienne, et qui serait capable de gérer le cimetière en question, sera rédigé et signé en temps et lieu. Par ailleurs, les membres ont obtenu des députés et conseillers qu’un suivi soit assuré à travers des réunions avec les principaux concernés afin d’identifier les détails pertinents à ce projet de gestion. Avec pour but ultime un modèle de contrôle similaire à celui du cimetière chinois aux Salines, qui est géré par la Nam Shun Society. ?Par ailleurs, au regard du manque de sécurité dans le quartier chinois du fait des rues endommagées, les conseillers ont fait comprendre que certaines rues, dont les artères principales, telles la rue Royale, tombent sous la responsabilité de la Road Development Authority (RDA) alors que les plus petites, comme les rues Dr Sun Yat Sen, Emmanuel Anquetil et Joseph Rivière, sont sous la tutelle de la mairie de Port-Louis. Les conseillers municipaux se sont dits d’accord pour qu’il y ait une visite des lieux dans le but d’identifier les problèmes et d’expédier par la suite des travaux d’urgence.