« Les récents propos du leader de l’opposition sont insultants pour l’Inde », soutient Etienne Sinatambou, ministre de la Sécurité sociale. La ligne de crédit de Rs 18 milliards est « une collaboration de développement » entre l’Inde et Maurice, « favorisant la mise en place de plusieurs projets ». C’était lors d’un point de presse samedi au bâtiment du NPF, à Port-Louis.
Au sein du gouvernement, soutient Etienne Sinatambou, la critique constructive est « tolérée », alors que « la critique mensongère, de mauvaise foi, est dénigrante ». Il allègue que « c’est Xavier-Luc Duval qui a endetté le pays de Rs 12 milliards annuellement quand il était ministre des Finances ».
Etienne Sinatambou a voulu rassurer les Mauriciens au sujet de la grippe H1N1 en soutenant que la situation « n’est pas inquiétante ». Il a aussi axé son intervention sur la ligne de crédit de Rs 18 M obtenue du gouvernement indien, sur la piste d’atterrissage de plus de 3 km et la jetée à Agaléga et la Citizen Support Unit lancée le mois dernier. « Le PMSD dit être le porte-parole des 300 habitants d’Agaléga, alors que l’île a été développée sous le gouvernement MSM. En 1984 et 1985, les financements des fonds européens de développement avaient été effectués sous un gouvernement MSM. Maurice se doit d’assurer la sécurité maritime de sa zone économique exclusive de 2,3 millions de kilomètres carrés. L’Inde vient nous aider à construire cette jetée. Maurice et l’Inde ont un intérêt partagé pour le développement dans la région de l’océan Indien, où il y a des problèmes de piraterie, de terrorisme de même que de trafic humain et de drogue », soutient-il.
Etienne Sinatambou souligne que « notre zone de pêche est vulnérable ». « Se enn mansonz de la par sertin pou dir ki nou pe vann Agalega. Moris pena le mwayin pou vey lor so zonn ekonomik ekskliziv. A okenn moman, Moris pe vann so souverennte. Lofr ki nou pran avek l’Ind pou vinn konstrir lazete Agalega, li baze lors enn relasion istorik damitie ant Moris avek l’Ind. Le développement économique de Maurice repose aussi sur la sécurité maritime, la lutte contre la pêche illégale, le pillage, etc.… Tout développement sur Agaléga sera conforme aux lois mauriciennes ».
Concernant la grippe H1N1, Etienne Sinatambou a repris les propos du Dr Dawood Oaris, président de l’Association des cliniques privées, de Laurent Musango, représentant de l’Organisation mondiale de la Santé et de Vasantrao Gujadhur, Director Of Health Services au Service de la Santé, selon lesquels « la situation n’est pas alarmante ». « Ena trwa tip lagrip, don H3N2. La situation n’est pas inquiétante, mais demande de la prudence. De janvier à juin, il y a eu 48 cas de H1N1, deux personnes sont dans le coma, trois personnes sont décédées et sept en condition stable ».
Pour ce qui est du portail de la Citizen Support Unit, Etienne Sinatambou fait part de sa satisfaction car sur 3 894 demandes, 1 605 ont été bouclées. Les plaintes, dit-il, provenaient plus des hommes que des femmes, soit 59,34 % contre 40,66 %.