Les Mauriciens ont répondu en grand nombre à l’appel des artistes pour la marche contre le piratage aujourd’hui, dans les rues de la capitale. Des artistes d’expressions diverses, des politiciens de tous bords, des travailleurs sociaux et des sportifs, entre autres, ont témoigné de leur solidarité dans le combat contre le piratage. Les organisateurs n’ont pas caché leur satisfaction devant ce mouvement et s’attendent à des actions concrètes pour le respect des droits des artistes et un cadre légal pour ces derniers en tant qu’acteurs de l’économie.
« Mo mari kontan kan mo trouv tou sa dimounn la. Sa montre zot solidarite. Mersi pou zot lankouzman. Mo tann dir ankor ena dimounn kot minisipalite. » Bruno Raya se trouve alors devant le Jardin de La Compagnie quand il s’adresse à la foule venue marcher pour le respect des droits des artistes. Outre les chanteurs, musiciens et producteurs, concernés directement par le piratage, on retrouve aussi des danseurs, des humoristes, des danseuses et musiciens de gamat, entre autres.
Les politiciens sont aussi là, comme ils l’avaient promis. Paul Bérenger a préféré rester en retrait, marchant dans le dernier groupe ayant quitté le Champ de Mars. « Comme je l’avais déjà dit, nous sommes là par solidarité. Mais aujourd’hui, nous laissons le terrain aux artistes », dit-il dans une brève déclaration au Mauricien. Les ministres Dan Baboo, Aurore Perraud et Alain Wong, qui ont rejoint la marche en cours de route, se placent à la première rangée, aux côtés des artistes. « Je suis ici pour soutenir les artistes. Il y a beaucoup de travail qui se fait déjà pour améliorer leur situation. Nous avons en ce moment la visite de deux experts de la World Intellectual Property Organisation. La priorité est de revoir complètement la Copyright Act 2014, qui fait beaucoup de tort aux artistes », avance Dan Baboo.
D’autres députés de la majorité et de l’opposition se fondent aussi dans la masse : Adrien Duval, Thierry Henry, Stephan Toussaint, Kalyan Toralah, Koomaren Chetty, Alan Ganoo, Joe Lesjongard, Jean-Claude Barbier et Rajesh Bhagwan, entre autres, sont aussi là. De même que Arvin Boolell et Patrick Assirvaden, tout comme les éléments féminins du MMM, Françoise Labelle et Dorine Chukowry, entre autres.
Lors de cette marche, les artistes se sont arrêtés à des endroits stratégiques pour émettre leurs revendications. Devant la Cour suprême et la Cour intermédiaire, ils ont réclamé justice pour ceux qui ont été « victimes de brutalités policières » le 30 décembre dernier. Au Renganaden Seeneevassen Building, qui abrite le ministère des Arts et de la Culture, ils ont émis le souhait d’une politique pour l’encadrement des artistes. Devant le Théâtre de Port-Louis et le Musée de la Photographie, ils ont réclamé « le réveil de l’industrie de l’art » à Maurice. Et devant le Parlement, « que les députés du gouvernement et de l’opposition trouvent une solution contre le piratage et que les artistes puissent vivre de leur art ».  
Le collectif des artistes souhaite également que les amendements à la Copyright Act soient considérés comme « un dossier prioritaire » à la rentrée parlementaire.