La succursale de la Barclays Bank à la rue Desforges à Port-Louis a été le théâtre d’un hold-up hier à la mi-journée. Deux individus portant chacun un casque intégral et armés de sabres ont fait irruption dans la banque.
Selon les premières indications, un des deux suspects aurait lancé au gardien : « Eski mo bizin tir mo casque la ? » Lui répondant par l’affirmative, il devait très vite immobiliser l’agent de sécurité. Entre-temps, son complice s’est jeté sur une caisse et a emporté une somme estimée à Rs 200 000. Il a demandé à une employée d’ouvrir l’autre caisse, mais celle-ci devait faire comprendre qu’elle n’avait pas les clés.
Le vol à main armée s’étant déroulé vers les 13 h 15, plusieurs employés étaient sortis pour le déjeuner. Il a été confirmé qu’aucun client se trouvait à l’intérieur. Une fois leur forfait commis, les malfaiteurs se sont volatilisés sur leur motocyclette garée à la rue d’à côté, soit à Joseph Rivière. L’alerte a été donnée peu de temps après.
La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre à la rue Desforges. Des commerçants et une foule de badauds se sont amassés à proximité de la banque. Une commerçante de la rue Joseph Rivière a confié au Mauricien avoir entendu quelqu’un courir et crier : « Voler voler ! »
Des policiers affectés au poste de Trou-Fanfaron, mandés sur les lieux, ont eu fort à faire pour éloigner les curieux et maintenir un peu d’ordre. Les Scene of Crime Officers (SOCO) ont fait leur apparition vers 14 h 30 en vue de prélever des indices. Un peu plus tôt, les officiers attendaient des techniciens en vue de récupérer les images de caméras de surveillance à l’intérieur de la banque. Un élément indispensable, soutient-on dans les milieux de la police, pour déterminer le profil des présumés agresseurs.
Tôt dans l’après-midi d’hier, la police procédait encore à l’audition des premiers témoins, dont le gardien de sécurité. Une description des deux suspects a déjà été établie et, selon des recoupements, la force policière serait sur une piste sérieuse. Aucun blessé n’est à déplorer. L’enquête est menée par l’inspecteur Luchan du poste de Trou-Fanfaron et l’inspecteur Lazarre de la CID de Port-Louis (Nord), sous la supervision du Divisional Commander Delawarally.