Les éléments de la police de l’environnement ont sillonné ce matin les rues de la capitale pour sensibiliser le public et les marchands sur les sacs en plastique. L’idée est surtout de présenter les sacs autorisés et ceux qui ne le sont pas. L’opération devait se répéter à travers l’île.
« Il y a une confusion sur l’interdiction des sacs en plastique. Beaucoup ne comprennent pas les différents termes de la loi. C’est pour cela que nous sommes allés sur le terrain, pour les sensibiliser sur ce qui est permis et ce qui ne l’est pas », indiquent les officiers de la police de l’environnement. Cette présence inattendue sur le terrain a été bien accueillie, à la fois par les membres du public et par les marchands. « Les policiers ont distribué des brochures qui nous permettent d’avoir une meilleure idée des sacs autorisés ou pas. C’est une bonne chose », estiment les colporteurs, qui précisent toutefois que le public continue de chercher des sacs en plastique. « L’autre jour, une femme voulait acheter dix paires de chaussettes mais elle n’a finalement rien acheté parce que je n’avais pas de sac à lui donner », explique une commerçante.  
Raison de plus pour la police de l’environnement d’insister sur la sensibilisation. « Pour le moment, nous ne donnons pas de contravention. Nous voulons d’abord sensibiliser, car il y a encore des doutes. Par la suite, la loi sera appliquée. » Cette campagne de sensibilisation de la police de l’environnement est prévue à travers l’île.
Rappelons que 11 types de sacs en plastique sont exemptés par la nouvelle loi. Il s’agit des sacs transparents de type “roll on”, servant uniquement pour la conservation de produits frais ou frigorifiés, des sacs-poubelles, des sacs à usage agricole, des sacs-poubelles, des sacs utilisés pour l’échantillonnage et les analyses, des emballages scellés, des sacs transparents ne dépassant pas 300 cm2, des sacs de sécurité transparents refermables, des sacs transportant les effets personnels d’un passager débarquant d’un bateau ou d’un avion, des sacs fabriqués pour l’exportation, des sacs biodégradables imprimés et certifiés, et des sacs compostables, imprimés et certifiés également.