Les chauffeurs de taxis marrons de l’Association Transport Pou Malere ont déposé lundi dernier une lettre au bureau du ministre du Transport Anil Bachoo après une marche de protestation dans les rues de la capitale. Ils revendiquent le droit au travail sans être intimidés par des policiers.
Les membres de l’Association Transport Pou Malere (ATPM) ont manifesté pacifiquement lundi dernier dans les rues de Port-Louis afin d’alerter l’opinion publique sur leur conditions de travail. Intimidation par les policiers, lenteur administrative pour la livraison de permis de taxi par la National Transport Authority (NTA) sont leurs principales revendications. Rejoints dans leur cause par le Mouvement national mauricien (MNM), ils ont déposé une lettre au bureau du ministre du Transport Anil Bachoo après la marche de protestation.
Dans cette correspondance, ils sollicitent une rencontre avec Anil Bachoo ainsi que les officiers de la NTA en vue de dégager une solution consensuelle. Cette lettre ne serait cependant pas la première. « De nombreuses correspondances ont été envoyées mais elles sont toutes restées sans réponse », laisse entendre Serge Antoine, leader du MNM. Les membres de l’ATPM disent être inquiets quant au laxisme qui existerait au ministère du Transport.
« Si minis transpor pa mem pran lapenn pou reponn nu me ver ki sann la nu pou tourne ? » s’interroge l’ATPM. Son président Thierry Potage rappelle dans le même souffle les nombreux points de presse où ils ont dénoncé cet état de choses. « Me na pa finn ena okenn respons kote minister. »
La rencontre Bachoo-ATPM est sollicitée en vue d’évoquer les  nombreuses demandes de permis auprès de la NTA. Le président de l’Association Transport Pou Malere explique la situation : « Nu bann sofer taxi maron me nu pe sey fer aplikasion pou gagn patant koumsa nu pou kapav travay dan legalite. Me okenn nu bann demars napa pe abouti. » Pour Thierry Potage, les taxis marrons sont d’une importance capitale. « Ena fwa taxi napa le travay. Lerla se nu ki bann dimunn la sone pou ki nu fer zot kours », Thierry Potage.
Mais aussi longtemps que la NTA n’aura pas régularisé la situation des chauffeurs de taxis marrons, les conditions de travail seront toujours aussi difficiles, lance Thierry Potage. Ils  sont intimidés par des policiers, soutient-il. Il rappelle que certains membres en sont à leur énième demande pour l’obtention d’un permis. « Ena dimounn fer katorz-an ki zot pe fer demars. Le problem se ki sak fwa ki nu fer apel pou gagn patent nu bizin pey Rs 1 000 », affirme-t-il. Un montant qui n’implique en aucun cas l’obtention du permis.
Thierry Potage souligne d’ailleurs que de nombreuses lettres ont été adressées au ministre Anil Bachoo. Devant le laxisme des autorités, l’Association Transport Pou Malere n’a eu d’autre choix que de tenir une manifestation pacifique lundi. Une marche qui a débuté rue Saint-Georges devant le Centre social Marie Reine de la Paix et qui s’est achevée devant le ministère du Transport.
Une fois sur les lieux, Thierry Potage en compagnie de Serge Antoine ont déposé une lettre dans laquelle ils réclament une table ronde avec Anil Bachoo, les officiers de la NTA et les membres de la force policière.