Les échanges entre le Lord maire Mahmade Kodabaccus et le conseiller Eshan Joomun, nouvellement passé au MSM, ont monté d’un cran hier, lors de la réunion du conseil municipal port-louisien, qui se tient chaque quinzaine en vertu des dispositions de la nouvelle Local Government Act (LGA).
Le ton était tel que le président du conseil a rappelé à l’édile de l’opposition qu’il a déjà été trouvé coupable par une cour de justice, en l’occurrence le tribunal de district de Port-Louis, pour avoir tenté de corrompre un policier afin d’éviter d’être verbalisé pour infraction au code de la route. Le conseiller avait été condamné à purger une peine de prison d’un mois, mais cette peine a été commuée en travaux communautaires.
Le conseiller Joomun a cherché à embarrasser le Lord maire en voulant obtenir maintes précisions sur des activités municipales. À l’item des interpellations, il a voulu insister à choisir lui-même deux des six qu’il a inscrites en son nom. Selon la LGA, seules deux questions peuvent figurer à l’ordre du jour d’une réunion du conseil et le maire a le loisir de répondre aux deux premières.
L’une sur laquelle le conseiller MSM insistait concernait l’achat de rideaux pour le salon mairal. Devant le refus de Mahmade Kodabaccus d’accéder à la requête, Eshan Joomun a fait allusion à un déjeuner qui aurait réuni le Lord maire et un commerçant, qui, par la suite, aurait obtenu le contrat de fournir les rideaux requis à la mairie. La réplique du président du conseil a été que « You are disqualified to talk about corruption, because you yourself symbolises corruption here ».
Après la réunion, le Lord maire a indiqué à la presse que les travaux de base concernant l’installation des panneaux photovoltaïques, suite à un don des autorités chinoises, ont déjà débuté. Les panneaux sont déjà arrivés à Maurice. D’autre part, la mairie recevra également 454 pylônes photovoltaïques, toujours de la Chine, ce qui lui permettra d’assurer l’éclairage des principales artères de la cité avec l’énergie solaire.
Pour ce qui est de la manifestation des maraîchers de la foire de Cité Gabriel Martial, mardi matin devant la mairie, Mahmade Kodabaccus a précisé qu’ils réclament que la location des étaux de la foire soit réduite de Rs 800 à Rs 400.
Lors de cette manifestation, dit-il, une délégation a voulu le rencontrer pour lui remettre une lettre dans laquelle les maraîchers ont formulé leur demande. « La délégation était accompagnée du député MMM Adil Ameer Meea, je l’ai reçue. Mais nous discuterons de la question avec le ministre des Administrations régionales avant de prendre toute décision », a dit M. Kodabaccus.
Le Lord maire rappelle que cette demande n’est pas nouvelle. « L’ancien ministre des Finances Pravind Jugnauth l’avait rejetée », a-t-il soutenu. Son sentiment est qu’il craint l’effet domino qu’aura cette réduction, si elle est appliquée, étant donné qu’il ne trouve pas juste que l’on réduise le prix de l’étal dans une foire et pas ailleurs. « Notre trésorerie accusera un manque à gagner de Rs 8 millions. Donc, ce n’est pas une décision que nous traiterons à la légère », conclut-il sur cet item.