Éliézer François, leader du Mouvement authentique mauricien, a convoqué la presse la semaine dernière au centre social Marie Reine de la Paix pour annoncer son intention de loger une plainte contre la municipalité de Port-Louis. Raisons invoquées : mauvaise administration et gaspillage des fonds des contribuables. Le MAM se dit par ailleurs en faveur du maintien du Best Loser System et rejette catégoriquement le rapport Carcassonne.
Le Mouvement authentique mauricien (MAM) étudie les possibilités de loger une injonction en Cour suprême au nom de la société civile contre la mairie de Port-Louis pour mauvaise administration et gaspillage de l’argent des contribuables. C’est en substance un des volets abordés au cours de l’exercice médiatique la semaine dernière au centre social Marie Reine de la Paix du mouvement politique.
« La mairie de Port-Louis patauge dans l’illégalité. Tout comme un gouvernement intérimaire, l’administration municipale de la capitale n’a aucun mandat pour prendre de nouvelles grandes décisions concernant l’administration. Elle doit attendre les nouvelles élections et l’arrivée d’une nouvelle administration », a fait comprendre le leader du MAM Éliézer François.
Le leader du MAM se prononce d’autre part contre le rapport Carcassonne. Selon Éliézer François, le document contient des recommandations qui ne répondent pas aux réalités mauriciennes. « Un seul vote pour une liste bloquée de candidats ainsi que la nomination des ministres qui ne sont pas élus par le suffrage universel est inconcevable. Quand sir Seewoosagur Ramgoolam avait proposé l’introduction d’une liste bloquée (Party List System), il était contraint de céder sous la pression de certains ministres et la révolte de tous les backbenchers. Un tel système placerait par ailleurs une trop grande concentration de pouvoirs entre les mains d’un chef de parti politique », a-t-il expliqué.
Le MAM est en faveur du maintien du Best Loser System aussi longtemps qu’il n’y a pas un autre système qui pourrait garantir une représentation « adéquate » au parlement de chaque groupe ethnique minoritaire. Éliézer François accueille positivement le maintien du nombre des députés à 70 et s’élève contre le financement des partis politiques avec l’argent des contribuables.
Abordant un autre volet de sa conférence de presse, Éliézer François a confirmé la tenue d’une manifestation et des meetings publics devant le bureau de la National Transport Authority à Cassis. Le leader du MAM tient la NTA et la mairie de Port-Louis pour responsables du désordre et de l’état chaotique, dit-il, à la cité. Il allègue que la NTA pratique « une politique (get figir) », de deux poids deux mesures en ce qui concerne l’occupation illégale des zones de stationnement et la prise en contravention des motoristes d’une façon discriminatoire.
Le leader du MAM voudrait savoir du Commissaire de Police le nombre de sabots de Denver dont dispose la force policière pour Maurice en général et pour la capitale en particulier. Éliézer François voudrait savoir qui décide de l’utilisation d’un dispositif du sabot de Denver et les critères établis. « Pourquoi c’est seulement les voitures et véhicules privés qui sont immobilisés par le sabot de Denver de la police alors que certains taxis et marchands ambulants ne sont jamais inquiétés pour stationnement illégal de leurs vans et camionnettes durant toute la journée ? », s’est interrogé M. François.