Les colporteurs de la capitale, à l’initiative du Front commun des marchands ambulants, prévoient de manifester contre le projet de relogement temporaire le mercredi 24 février avec une marche dans les rues de Port-Louis. Le cortège terminera sa marche devant la municipalité de Port-Louis et le Renganaden Seeneevassen Building qui abrite le ministère des Collectivités locales.
« Le Front Commun ine tire la sonnette d’alarme à plizir repriz concernant la fason ki la mairie de Port-Lwi ine anklans bane procedir tiraz au sort. Ine ena boukou irregularite, maldonne et manque de transparence autour sa exercis-la. Nou denonce malhonnêteté intellectuelle du conseil municipal », dit Hyder Raman, président de la Street Vendors Association (SVA). Ce dernier ne manque pas également de critiquer l’exercice de screening en vue d’allouer des étals aux colporteurs de la capitale dans les trois sites identifiés par les autorités, soit Decaen, à proximité de la gare Victoria ; à la gare du Nord, et à Monneron.
Le 29 janvier, le Front commun des marchands ambulants, et la Street Vendors Association avaient mobilisé un nombre conséquent des leurs au centre Idriss Goomany, à Plaine-Verte, en vue de dégager une action conjointe. Un ultimatum devait être lancé ce soir visant le Lord-maire, Oomar Khooleegan, et le ministre des Collectivités locales, Anwar Husnoo, pour revoir le dossier de relogement temporaire des marchands ambulants à Port-Louis en tenant en considération les revendications des colporteurs. Le délai ayant pris fin, le front commun a décidé d’aller de l’avant avec la résolution votée ce jour-là ayant trait à la tenue d’une manifestation la semaine prochaine dans les rues de la capitale.
« Nous pas pou capav contigne cautionne sa bane decisyion la… Noune fer ene dernier l’appel mais nou pas fine gagne auken response », dit Hyder Raman. Ce dernier rappelle au passage que la communauté des marchands ambulants a attendu pendant 25 ans que leur situation soit régularisée. « Nou oule partie prenante de ene projet intégré. Mais ziska ler, noune tane ziste son, pena narien au bout du tunnel », déplore notre interlocuteur. Et d’ajouter qu’avec la manifestation fixée pour le 24 courant, la communauté des colporteurs entend envoyer un signal fort aux autorités pour que « cette fois-ci le gouvernement et le conseil municipal de Port-Louis arete zoue ek nou lavenir ».
Dans le contexte de cette manifestation, un mot d’ordre a été lancé aux colporteurs de la capitale pour ne pas opérer et participer en grand nombre à cet événement. « Sa zour-la nou pou dénonce bane demagozi de la part de la municipalite. Nou pou denonce le fait qui boukou dimoune dans fonktion piblik ek ki travay dans bane corps paraetatique ou ki deza ena ene latab dans ene lot la fwar, ine gagne la table dans ca bane trois site kine identifie-la », annonce le président de la SVA.