La conférence annuelle des ports et des villes de l’océan Indien s’est ouverte, hier matin, à la mairie de Port-Louis en présence de nombreux délégués venus d’Afrique du Sud, d’Australie, des Comores, du Kenya, de Madagascar, de Maurice, de La Réunion et des Seychelles. À cette occasion, le président de la Mauritius Ports Authority (MPA) Maurice Allet a appelé à un développement harmonieux entre les villes et les ports.
« Port-Louis, comme tous les ports du monde, est traversé par les questions liées à l’environnement et aussi par des questions d’ordre économique et social. D’où la nécessité d’un développement durable qui doit être une véritable priorité politique à un moment où les bouleversements technologiques, climatiques ou économiques que nous traversons appellent à une réforme durable », a déclaré M. Allet. Selon lui, le port de Port-Louis a le potentiel d’attirer un important flux maritime émanant de l’Asie à destination de l’Afrique et même vers l’Amérique du Sud en passant par Le Cap. D’où l’ambition de Port-Louis de devenir une plateforme incontournable dans l’océan Indien. « Port-Louis est déjà un important centre commercial et de développement régional », a-t-il rappelé.
Face aux défis de la globalisation, avec les séquelles qu’on connaît sur l’économie, le port de Maurice compte poursuivre sa politique de développement afin d’offrir un service adéquat aux opérateurs et à ses clients, tout en favorisant le développement harmonieux de la ville et du front de mer, poursuit
Maurice Allet. « Grâce à des investissements massifs et la mise en place d’infrastructures modernes, le port peut se vanter d’avoir permis à de nouveaux pôles d’activités tels que le transbordement de conteneurs, la croisière, entre autres, de prendre leur envol ».
Le président de l’Observatoire de Villes Ports Océan Indien, Wilfrid Bertile, a parlé de l’observatoire qui a pour objectif de rassembler les villes et les portes du sud-ouest de l’océan Idien et aussi de tous les professionnels qui gravitent autour de ces entités. « Nous sommes partis à quatre membres et aujourd’hui nous en avons quinze. Toutes les îles de l’océan Indien sont représentées, de même que trois pays africains, le Mozambique, le Kenya et l’Afrique du Sud », a-t-il indiqué.
M. Bertile a aussi parlé de la nombreuse assistance venue assister à cette conférence. « Maurice a la réputation d’être une île très hospitalière. Dans le monde, on parle de miracle mauricien, on dit aussi que Maurice est un modèle de développement, non seulement pour les petits États insulaires mais aussi pour tous les pays du Sud », a-t-il déclaré.
Pour le Lord maire Mamade Kodabaccus, les défis ne manquent pas pour les villes et les ports. L’un d’eux est la piraterie qui, a-t-il souligné, affecte les croisières dans l’océan indien. « Nous sommes tous concernés par ce problème car les pirates ne se contentent pas de la mer autour de la Somalie mais ils viennent maintenant dans nos parages. Ils sont déjà aux Comores », a-t-il fait ressortir, avant d’ajouter qu’il faut faire de sorte que le piratage s’arrête.