L’affaire BAI a été le dénominateur commun des interventions des quatre principaux orateurs qui ont participé, hier soir, au lancement de la campagne électorale de l’Alliance Lepep à Port-Louis. Pravind Jugnauth, Showkutally Soodhun, Ivan Collendavelloo et Xavier-Luc Duval ont successivement dénoncé ce qu’ils considèrent comme la campagne communale autour de l’affaire BAI, en prenant pour cible en particulier le député de la circonscription N° 2, Reza Uteem.
Pravind Jugnauth a été le premier à aborder la question du communautarisme dans l’affaire BAI en accusant Paul Bérenger de mener une campagne communale autour de cette affaire. Pratique qui, selon le leader du MSM, est loin d’être exercée au sein de ses rangs. « Nous vivons aujourd’hui en 2015 et nous aimons le pays et le peuple sans aucune distinction », a-t-il lancé. Et de faire comprendre que le gouvernement ne pouvait rester insensible face au fait que l’argent investi par le public, à travers des fonds d’investissement de la BAI, était « dilapidé, transféré à l’étranger et était utilisé pour l’achat d’appartements de luxe, des châteaux, etc. » « L’argent des détenteurs des polices d’assurance a été mis sur des comptes personnels et a été utilisé pour garantir l’achat de campement par l’ancien Premier ministre. Lorsque nous avons vu ces ramifications, nous avons agi en vue de protéger tous ceux qui ont investi leur argent et pour sauver les emplois », a déclaré Pravind Jugnauth.
Il a rappelé que la première personne à avoir parlé de la BAI comme un « Ponzi Scheme » à l’Assemblée nationale a été Paul Bérenger. Il a, dans le même souffle, accusé Reza Uteem de mener une campagne à caractère communal sur ce sujet ; « Al gete ki kalite kanpagn kominal li ape amene », a-t-il avancé. Et de reprocher cette fois à Paul Bérenger de s’être abstenu lors de la « division of votes » sur l’Insurance Amendment Act après avoir annoncé qu’il voterait en faveur de la loi. Il a accusé Paul Bérenger de souhaiter le malheur de ceux qui ont investi dans les fonds d’investissement de la BAI et le licenciement des employés afin de faire un « tam-tam » pour engendrer un débat politique.
Il a lancé un défi au leader du MMM de révéler s’il a reçu ou non une contribution de Dawood Rawat pour les élections.
Showkutally Soodhun a, pour sa part, annoncé que le gouvernement a récupéré 425 arpents de terre de Jin Fei ainsi que le terrain alloué à Neotown. Selon lui, le gouvernement ira de l’avant avec la création d’une zone portuaire qui s’étendra de Pointe-aux-Sables à Baie-du-Tombeau. « Ce sera un des meilleurs ports dans la région qui apportera des développements estimés à plusieurs milliards de roupies », a-t-il déclaré. D’autre part, il a annoncé le relogement de tous les squatters vivant dans la région s’étendant entre Tranquebar et Cité La Cure. Il s’est également targué d’avoir obtenu une baisse des prix des billets d’avion pour le pèlerinage du Haj.
Le ministre des Terres et du Logement s’est ensuite attaqué à Paul Bérenger, qui, « après 45 ans dans la politique, n’est pas en mesure d’obtenir une majorité comme chef de l’opposition au Parlement ». « Il doit compter sur deux béquilles. Enn Mohamed par-si, enn Mohamed par-la ». Showkutally Soodhun a réclamé une victoire de 32-0 à Port-Louis.
Pour Ivan Collendavelloo, la foule présente à la municipalité de Port-Louis est un signe indiquant qu’il n’y aura pas d’abstention. Il a, d’autre part, parlé de la « désintégration du MMM » avant de dénoncer également une campagne communale. Selon lui, les mesures prises contre la BAI visent à protéger, entre autres, les musulmans qui ont investi dans les entités de Dawood Rawat. « Dawood Rawat inn kouyonn dimounn. Li’nn fer dimounn krwar ki li zot kamarad e dir zot met larzan kot-li. An verite li pa get kamarad, li pa get nanie. Nou’nn vinn protez mizilman », a-t-il lancé. « Ce n’est pas Reza Uteem qui vous protégera. Au contraire, il veut votre malheur afin de faire de la politique », a-t-il renchéri. Et d’accuser le député mauve de mener une campagne personnelle, surtout contre les femmes, dont Rubina Jaddoo. Dans le même souffle, il a accusé le MMM de s’attaquer aux femmes qui atteignent un poste de responsabilité, et a cité comme exemple le cas de Vijaya Sumputh. Ivan Collendavello a de plus avancé que, dans le cadre des prochaines élections municipales, Paul Bérenger prépare, sans aucun doute, un arrangement avec le leader du PTr, Navin Ramgoolam.
Dernier orateur à prendre la parole, Xavier-Luc Duval a insisté sur le rôle important joué par les municipalités dans la vie du pays. Abordant l’affaire BAI, il s’est associé aux précédents orateurs pour dire que « pena nanie kominal ladan ». Pour lui, l’argent était jeté à la rivière et n’était pas utilisé à bon escient. Il a, d’autre part, dénoncé les coups bas et a démenti les informations parues dans un journal annonçant qu’il se rendra en Israël. « Rien de plus faux », a-t-il rétorqué. Xavier-Luc Duval a relevé être un des premiers ministres mauriciens à se rendre en Palestine. Il a annoncé qu’il compte assister à la conférence sur le tourisme religieux pendant une journée. Par la suite, le ministre du Tourisme fera tout son possible pour voir les conditions de vie des Palestiens. Il s’est longuement appesanti sur les réalisations gouvernementales et a dénoncé la municipalité de Port-Louis d’avoir fermé une crèche à la Cité-Vallijee.