Première réunion positive du comité interministériel avec le secteur privé, les opérateurs du port et le Board of Investment, hier, relative au projet de convertir Port-Louis en une Smart City. Ce, en l’absence du ministre de la Bonne Gouvernance, Roshi Bhadain, pourtant annoncé sur la convocation de presse. Cette réunion aura permis un premier constat des avancées des 12 axes prioritaires – nécessitant des investissements de l’ordre de Rs 52 milliards – qui mèneront à la transformation de la capitale avec trois projets découlant de la formule Build, Operate and Transfer (BOT) et le reste du secteur privé. Les premiers travaux au coût de Rs 1,15 milliards, qui devraient démarrer cette année, concernent la gare Victoria et incluent une passerelle reliant le centre commercial au Caudan.
Si l’absence de Roshi Bhadain s’est fait remarquer, le vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement est catégorique : “Tous les ministres concernés sont là.” C’est ce que Showkutally Soodhun a répondu à la presse, hier, à l’issue de la première réunion consultative entourant le projet de transformer Port-Louis en une smart city. Avant de couper court aux questions des journalistes, il dira:  “Pourquoi voulez-vous parler de M. Bhadain? Nous avons fait notre travail. Le PM m’a délégué pour faire ce travail et j’ai demandé aux ministres concernés de venir. Le travail s’est très bien fait. Pour nous, c’est le résultat qui compte. Les résultats sont très bons, nous n’avons eu aucun problème. Le secteur privé est très satisfait.”
Auparavant, lors d’un bref point de presse, le ministre des Terres et du Logement, entouré des ministres Nando Bodha, Alain Wong, Dan Baboo et Anwar Husnoo, ainsi que du Lord-maire Oumar Kholeegan, a fait ressortir que “contrairement à ce que dit l’opposition, nous apportons un développement agressif à Port-Louis.” La transformation de Port-Louis en une smart city fera de la capitale une cité représentative de Maurice et la fierté de tous les Mauriciens, dit-il. Il ne cache pas la satisfaction  du comité interministériel sur la contribution du secteur privé. Il fait ressortir que tout sera fait pour «débloquer ce qui est bloqué afin que les projets avancent vite.»
Le ministre des Infrastructures publiques a, lui, fait état des différentes composantes de ce projet qui, dit-il, “s’étale dans l’espace et dans le temps.” Il souligne que le démarrage des travaux s’articulera autour du projet de décongestion de la capitale, avec la transformation de la gare Victoria, incluant le projet d’esplanade de 100m qui traversera l’autoroute pour relier la vieille ville au Caudan. Il sera aussi question de réaménagement des rues Pope Hennessy, Labourdonnais, Royale, La Chaussée et Desforges où les aires de stationnement seront enlevées en vue de rendre plus fluide la circulation dans la capitale. Dans cette optique, il est prévu d’aménager des parkings au Champ de Mars qui sera équipé de caméras de surveillance.
Rs 52 milliards
Citant un par un les axes de développement, Gaëtan Siew indique que d’ici 15 ans, Port-Louis sera totalement smart. Grâce notamment à la transformation de la Gare Victoria, dans un premier temps, suivie de celle de la gare d’Immigration où, outre les facilités de parking, de food court et de Hawkers place, un poste de police et une caserne des pompiers seront relocalisées (Rs 1,25 milliard). Au niveau du Waterfront, à l’initiative du secteur privé – les compagnies Property & Development, IBL, FAIL, UDL et Innodis –, des investissements de  Rs 15,7 milliards mèneront à la construction d’un bâtiment culturel, d’un centre de conférence, d’un bâtiment  résidentiel et commercial et d’un aquarium, entre autres. De l’autre côté de la capitale, des discussions ont été entamées avec l’État par un consortium étranger, incluant Bouygues Immobilier et le WAQFT Trust, pour la réactivation du buffet zone de l’Aapravasi Ghat, avec notamment le développement du grenier et de l’hôpital militaire en incluant le musée de l’Esclavage et une zone pour les activités culturelles. Ce projet devrait coûter Rs 7,25 milliards.  Il est aussi question de la transformation de China Town sous l’égide du China Town Trust et du Kwong & Fok Associates, dont font partie  Kee Cheong Li Kwong Wing et Heen Foh Sty, ainsi que de Bouygues Immobilier.
Cette transformation de Port-Louis inclut de même le projet Deep Ocean Water Application préconisant, en 2017, 50 bâtiments de Port-Louis climatisés à partir des eaux marines. Outre une zone artistique et culturelle à Port-Louis, la conversion de la capitale passera également par le relooking des maisons traditionnelles. Gaëtan Siew indique qu’un recensement fait état de quelque 200 maisons du genre situées dans le Ward IV et à Plaine Verte. Le prochain budget devrait inclure des mesures pour la mise sur pied d’un fond du développement du patrimoine privé qui aidera les propriétaires de ces maisons à restaurer leur demeure pour leur redonner du cachet, annonce le président du Construction Industry Development Board (CIDB). Alain Wong a, pour sa part, affirmé que tous ces développements se feront dans le respect de l’environnement, en assurant que la capitale demeure une ville verte.