Un gardien, âgé de 63 ans, a passé environ trois heures enfermé dans des toilettes sur un site de construction, rue Edith Cavell, Port-Louis, alors qu’un malfrat voulait le lapider.

Dans une plainte déposée aux Line Barracks, le sexagénaire indique qu’il s’est présenté sur son lieu de travail dimanche soir sur un site appartenant à une chaîne de magasins d’électroménager. Selon lui, le lieu est bien éclairé la nuit. Vers 22 heures, alors qu’il était seul dans le “sentry box”, le gardien a surpris un intrus qui marchait dans les alentours. Ce dernier portait un t-shirt, un short et semblait être un sans domicile fixe. Le sexagénaire lui a demandé des explications sur sa présence sur place, et l’inconnu a répondu qu’il devait se rendre aux toilettes se trouvant sur le site. Le SDF a prétendu que les autres gardiens le laissaient utiliser les toilettes le soir.

Sur une base humanitaire, le sexagénaire lui a donné l’autorisation et quelques minutes après, l’inconnu est parti. Mais, vers 3 heures lundi matin, le gardien est tombé nez à nez avec lui. Ce dernier a déclaré qu’il devait récupérer ses boîtes en carton qu’il avait laissées près des toilettes, a-t-il dit. Le gardien l’a empêché de passer, lui faisant comprendre que la sécurité du site relevait de sa responsabilité. Mais le SDF a insisté et devait prendre un morceau de carton dans le “sentry box”. Le gardien a tenté de le maîtriser, mais l’inconnu l’a violemment poussé à terre. Alors que le plaignant se relevait, le SDF avait déjà en main des roches et il a tenté de le blesser. « Ki to oule fraktir kran ou trip deor ? »

Craignant pour sa sécurité, le sexagénaire n’a eu d’autre choix que d’obéir aux ordres de l’inconnu. Ce dernier l’a enfermé dans les toilettes. Le gardien a été libéré par un de ses collègues vers 6 heures du matin. Il a noté la disparition de son portable qu’il avait gardé dans un sac dans le “sentry box”. Le préjudice s’élève à Rs 2 500.

Le plaignant a décliné toute assistance médicale, faisant comprendre à la police qu’il n’avait subi aucune blessure lors de cet incident. Une équipe de la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud a inspecté le site dans la journée de lundi. Cette unité travaille en collaboration avec la Crime Intelligence Unit (CIU) pour résoudre cette affaire.