Sandragasseb Antony, le porte-parole des habitants de la rue Duncan, Port-Mathurin, Rodrigues, remue ciel et terre pour faire entendre raison aux autorités. Cela fait des années que ces habitants se plaignent de la qualité des drains construits à l’angle des rues François Leguat et Hervé Mercure : l’eau de ruissellement des pluies stagne à cet endroit, leur causant d’énormes inconvénients. Une récente réfection de ces drains n’y a rien changé, se désole-t-il.
« Théoriquement, le drain se trouvant dans notre quartier à l’angle des rues François Leguat et Hervé Mercure est censé déverser l’eau de ruissellement des pluies vers la mer et de même l’eau des marées montantes », explique Sandragasseb Antony. Ce drain, poursuit notre interlocuteur, descend une pente à travers le site du Mechanical Workshop. « Malheureusement, par temps de grosses pluies, l’eau de ruissellement s’accumule au niveau de la Rue François Leguat », affirme-t-il.
Quelques années de cela, quand on a commencé à asphalter les rues de Port-Mathurin et à construire des drains, les habitants de ce quartier se croyaient au bout de leurs peines, ajoute Sandragasseb Antony. « Malheureusement, ce drain de notre quartier était si mal fait que durant les cyclones ou les grosses averses l’eau s’y accumulait au lieu de se déverser dans la mer. Résultat, cela nous causait d’énormes inconvénients. Depuis, ce drain conserve une eau stagnante des jours durant avec tous les risques que cela comporte à la santé », se plaint-il.
Selon notre interlocuteur, cela fait des années que les habitants du quartier signent des pétitions pour se plaindre de ces inconvénients et réclamer une réfection convenable de ces drains. « Depuis le 11 mars 1996, nous avons envoyé régulièrement des pétitions aux autorités, en vain jusqu’à récemment », poursuit-il.
« Le malheur des uns fait le bonheur des autres », philosophe Sandragasseb Antony.
En effet, en mai dernier, la grosse roue d’un poids lourd a enfoncé une partie du couvercle du drain se trouvant à la Rue Mercure. « Ce qui a compliqué le transport des produits pétroliers de diverses compagnies ».
Les autorités ont vite fait de faire réparer ce drain et les habitants du quartier croyaient voir enfin la lumière au bout du tunnel. « Nous pensions qu’enfin les responsables de ce quartier allaient trouver une solution à ce problème d’eau stagnante. Car il était évident, pour qui se donne la peine de bien examiner ce drain, que constater qu’il y avait une différence de niveau qui faisait un bassin dans lequel l’eau stagnait ».
Une fois les travaux terminés, Sandragasseb Antony et ses amis constatent avec effroi qu’il n’en a rien été et que le niveau des drains n’a pas été rectifié. « Quand nous avons examiné de près le travail, nous avons compris que les responsables de ce chantier se sont préoccupés davantage du transport des produits pétroliers que de la santé des habitants de notre quartier ».
Pour notre interlocuteur, les autorités ainsi que les responsables de ce chantier n’ont accordé aucune considération au problème d’évacuation d’eau qu’ils ont souligné dans leurs diverses pétitions. « Qui ne sait pas que l’eau stagnante est une source potentielle de pollution et une menace certaine à la santé publique ? Nous ne pouvons qu’être perplexes devant cette indifférence à tous nos efforts pour attirer l’attention des autorités sur cette menace à la santé de la communauté. Surtout avec l’imminence de la saison cyclonique 2012-2013 », s’indigne-t-il.
« Les travaux de réfection de ce drain sont terminés depuis le début du mois d’août. Les autorités dites compétentes ont-elles fait une évaluation comme il faut de la qualité de ces travaux qui auront coûté aux contribuables que nous sommes des milliers de roupies ? » lance Sandragasseb Antony.