Amoureuse d’épices qui mettent la bouche en fête et d’ornements étonnants, Anne-Lise Tonta Wells a  choisi de donner une forme stylée aux condiments. Entre ses mains, safran et piment écrasé se transforment ainsi en boucles d’oreilles. Résolument inventive dans son approche, elle choisit judicieusement ses ingrédients de manière à concocter de nouveaux bijoux, qui pourraient devenir une nouvelle signature olfactive de notre île plurielle. Portrait d’un personnage hors du commun.
Anne-Lise Tonta Wells bouillonne d’idées. Et celles-ci portent leurs fruits. Pour s’en convaincre, il suffit de voir le nombre de “like” que la créatrice a reçu sur Facebook en l’espace de seulement deux semaines. «Je suis agréablement surprise de l’accueil que les gens m’ont réservé », dit-elle. Celle qui a passé son enfance dans les quartiers de la SMF, à Vacoas – avec un père inspecteur de police –, possède un degré en communication. Après deux ans d’études en Angleterre, elle a choisi pour filière le marketing.
Mais Anne-Lise Tonta Wells est également une créatrice dans l’âme, talent qu’elle met à profit dans ses heures libres. Mais pas question pour elle cependant d’opter pour les matériaux traditionnels. Ce qu’elle préfère, ce sont les épices. Au menu : safran, graines de moutardes, anis, piment rouge écrasé… Des condiments qu’elle allie en de solides combinaisons pour en faire des produits stylés. Bref, de l’exotisme que les dames peuvent porter… à leurs oreilles.
Comme en cuisine – où le mélange des ingrédients apporte de l’émotion aux plats tout en « racontant » une histoire –, Anne-Lise crée ses bijoux épicés en utilisant les éléments de base de la cuisine, en osant le mélange des genres. C’est ainsi que de son imagination est née une collection de bijoux, à l’instar de petites boules rondes transparentes retenues par un mince crochet et pouvant s’adapter aux oreilles.
Approche tactile  
Pour autant, l’artiste ne se laisse pas aller à une totale improvisation. Elle a en effet développé une technique imparable. Ainsi, en premier lieu, elle cherche, à travers les épices, ce qui pourrait constituer un savoureux cocktail aromatique pouvant flatter le palais, histoire de faire prendre conscience que ces produits sont issus de notre terroir. Une démarche qui permet à Anne-Lise de proposer des bijoux, sous forme de boucles d’oreilles, dont les odeurs provoquent une explosion de saveurs titillant les narines.
Ces étranges bijoux, la créatrice les dédie à toutes les Mauriciennes, qu’elles soient adolescentes ou femmes du troisième millénaire. Ciselés finement et travaillés avec précision, ces ornements apportent à la fois chic et modernité. Les porter devient dès lors presque un régal. « Porter des bijoux épicés nous rappelle notre culture mauricienne », dit-elle. Sa collection, elle l’a nommée “Bliss Spice Jewellery”. Une appellation qu’elle explique : « Bliss signifie le bien-être et Spice, le côté exotique de nos plats épicés. »
Avec cette approche innovante, et qui se révèle payante, Anne-Lise estime que le public est d’abord conquis par l’originalité des bijoux. Dès lors, pourquoi s’arrêter aux bijoux ? Pourquoi ne pas décliner nos condiments fétiches en d’autres ornements, comme des boules de Noël épicées ? Anne-Lise Tonta Wells esquisse un large sourire : « C’est effectivement une idée à exploiter. Mais je compte aussi en faire des colliers, des bagues, des bracelets… » Elle précise : « Il ne me reste plus qu’un exemplaire de boucles d’oreilles faites en safran, que je conserve. Ce sont les boucles d’oreilles qui se sont le plus vendues. Selon moi, c’est la couleur jaune qui attire. » Des couleurs acidulées que l’on trouve dans l’anis, lui aussi très prisé.
Pour autant, Anne-Lise est une artiste. Aussi, chacune de ses créations prend du temps à concevoir. En tout, elle en a créé une vingtaine. Mais vu le retour positif de ses ornements sur le public, elle compte créer d’autres nouveautés. À noter que ses créations sont toujours accompagnées d’un présentoir décrivant le produit utilisé. « Dans ce métier, il faut aimer le contact avec les gens, être à l’écoute de ce qu’ils recherchent et, surtout, savoir les surprendre. Je crée pour le plaisir. Je remercie mon mari Jason, qui m’encourage. »
Mariée à un Canadien, Anne-Lise compte bientôt effectuer un voyage dans ce pays. « Ce sera l’occasion de m’adapter à d’autres cultures. Ma rencontre avec Jason a été un coup de foudre. Il était mon colocataire et cela fait un an qu’on est mariés. » L’autre passion de cette jeune femme est son chien, prénommé Whisky, et son chat, Pingouin. « Ils font le bonheur de la maison. Ils s’entendent à merveille », poursuit-elle. Gageons que ce petit bout de femme à la joie communicative n’a pas encore fini de nous surprendre.