Selon les statistiques établies par le très officiel ODLS (Observatoire de la servilité) la carapate est en ‘voie d’augmentation’. Elle ne subira certainement pas le sort de notre cher Dodo, adepte et aficionado, comme vous le savez, de la non-violence. Notre carapate nationale, the one and only, ne cesse, à vrai dire, de proliférer, on en trouve désormais partout et parfois même, en ce haut lieu de l’intimité, notre cerveau.
Il faut dire que ce remarquable animal ou insecte (on a peine à le définir tant ses métamorphoses sont fréquentes) a de nombreux talents, ce qui explique sa faculté à toujours renaître, tel un sphinx peu majestueux, de ses cendres.
 Quels sont donc les talents de l’extraordinaire carapate ?
(1) Elle parvient à changer de couleur en un clin d’oeil. Ainsi on a vu très récemment des carapates passer du rouge à l’orange ou encore du mauve au bleu. Les scientifiques n’arrivent pas à comprendre cet étrange phénomène. Certains estiment qu’elle manque un gène à cette créature, celui de la dignité. D’autres encore, ceux qui ont un tempérament spirituel, prétendent que son âme (elle en a une apparemment) arbore automatiquement et instinctivement la couleur des puissants du jour.
(2) La carapate ne meurt jamais ou presque. Elle a trouvé deux moyens pour demeurer en vie. La première étant sa pratique, fort subtile il faut le reconnaître, de gavage de sang, ainsi elle se nourrit du sang des autres. Il y puise cette énergie qui lui permet de rester en forme et aléatoirement en vie. La deuxième étant la fameuse ‘transfusion d’honneur’ (une méthode révolutionnaire dont elle est la seule à savoir les secrets), grâce à laquelle elle ingurgite littéralement l’honneur qui émane des puissants du jour. Elle en fait une substance qui régénère toutes ses cellules.
(3) Elle est une experte dans l’art du déguisement facial et corporel (des caméléons qui ont témoigné sous le couvert de l’anonymat avouent lui envier ce talent). Ainsi elle sait être mielleuse, douce, polie, un véritable docteur-es-courbettes, l’incarnation du parfait religieux tout en masquant sa veritable nature qui est, on le sait, faite d’un goût prononcé pour le pouvoir, de mensonges et d’autres choses odieuses, que la pudeur nous oblige de taire.
(4) Elle dispose d’un prodigieux don (on a rencontré des puces, qui sous le couvert de l’anonymat, ont avoué éprouver de l’envie à son égard), qui est la capacité de se propulser, en moins de deux, d’un chien à l’autre. Certains scientifiques, et pas des moindres, estiment que cette ‘propulsion’ défie les lois de la physique car la carapate parvient à franchir la vitesse de la lumière. Il paraît qu’Einstein est sur le point de se retourner dans sa tombe.
(5) Notre carapate nationale sait choisir, avec le plus grand soin son lieu d’habitat. Ainsi on le voit souvent dans les couloirs des ministères ou encore dans les pattes de ces chiens dont il ne cesse de célébrer les louanges. Mais son lieu de prédilection demeure les bottes des puissants du jour, il s’y sent bien, à l’aise comme tout, à l’abri de ses prédateurs naturels (parmi l’honneur et l’intégrité) et cela lui donne la possibilité d’exercer sa position, pardon, sa posture, préférée : langue collée aux bottes du puissant elle devient littéralement son ombre ou pour faire du Brel, elle devient l’ombre de son ombre. Magnifique position, pardon, posture, vous en conviendrez.
Il est temps maintenant de proposer la candidature de notre carapate nationale au prix Nobel de la paix et de la servilité. Il se trouve quelques irréductibles (qui n’ont peur que d’une chose, qu’une carapate leur tombe sur la tête)  pour dire que les carapates sont un danger pour la nation et qu’il faut les exterminer. Grave erreur ! On ne peut les exterminer car il y a un mauricien en toute carapate, pardon, une carapate en tout mauricien. Nous vous proposons de réaliser une petite expérience. Veuillez vous regarder attentivement dans le miroir. Si vous décelez dans vos yeux, l’envie effrénée du pouvoir, le souci constant de la réussite ou encore un début de manque de scrupules c’est qu’il y a une carapate en vous. Et ce n’est pas l’ODLS qui nous dira le contraire.