Son charme et sa beauté naturels lui ont valu la couronne de Miss Élégance lors du concours Miss Mauritius en 2011. Danseuse, mannequin et grande passionnée de tout ce qui touche à l’esthétique et à la coiffure, Divya Koonja a plusieurs cordes à son arc. À 19 ans, celle qui enchaîne les catwalks des plus grands défilés locaux, rêve de grimper les échelons pour s’imposer comme une valeur sûre dans le monde du mannequinat.
Des produits de beauté installés çà et là. De grandes affiches de mode et de coiffure qui attirent le regard. Du matériel de coiffure et d’esthétique disposé sur une grande étagère. Nous voici dans l’univers de Divya Koonja. Elle a tenu à nous recevoir dans le salon de coiffure et d’esthétique de sa mère à Vacoas, où Divya passe une grande partie de son temps. “Ici, je suis dans mon élément. Je me sens in quand je suis au salon”, précise la jeune femme. Rien de surprenant lorsqu’on apprend que Divya Koonja est une grande passionnée d’esthétique et de coiffure.
Épanouie
Les yeux relevés avec un fard à paupières gris et du crayon noir. Un léger fard à joues qui convient à son teint. Du gloss pour sublimer ses lèvres. De longs cheveux noirs cascadant sur ses épaules. Divya Koonja est dotée d’une beauté naturelle indéniable. Son large sourire et son regard scintillant contribuent à son charme. Elle le sait ! En s’inscrivant au concours Miss Mauritius l’an dernier, elle n’ignorait pas qu’elle allait briller. Pour la jeune femme élue Miss Élégance et cinquième finaliste du concours, ce fut une expérience des plus enrichissantes. “Petite, je rêvais d’être une miss de beauté. Miss Mauritius m’a permis de concrétiser ce désir. J’en suis sortie épanouie et remplie de beaux souvenirs.”
Expérience
Défiler sur un catwalk face à un public n’était toutefois pas une première pour Divya Koonja, qui avait rejoint l’équipe de l’agence de mannequinat Heat quelques mois avant le concours. Chaque nouvelle expérience au sein de l’agence, comme hôtesse ou mannequin, lui avait fait gagner en maturité mais surtout en assurance. Le fait de rencontrer et côtoyer quelques grands noms de la mode lui avait aussi permis de se familiariser avec le milieu. C’est donc une Divya confiante de ses capacités et de ses talents qui s’est présentée à Miss Mauritius.
Aujourd’hui, plus sûre d’elle que jamais, le mannequin se présente avec une certaine aisance et une grande détermination sur le catwalk. “Les premières fois où je suis montée sur le catwalk, je tremblais des jambes et des mains. J’étais timide et j’avais très peur. Je ressentais quelque chose d’exceptionnel, comme une montée d’adrénaline épouvantable qui brûlait mon corps.” Tout cela fait partie du passé. L’idée de se retrouver sous les projecteurs fascine Divya, qui dit être décontractée quand elle évolue face au public. “J’ai su estomper ma peur pour mettre en avant mes qualités et mon charme.” Une étape que Divya, qui fait également partie du Nalini Dance Group depuis 2010, n’aurait pu franchir sans ses différentes sorties sur scène avec la troupe. “C’est la danse, ma deuxième passion, qui m’a permis de vaincre ma timidité.”
Enthousiasme
Les Fashion Tour, les défilés de l’IVTB, le Tuning Show… Divya Koonja est l’un des modèles les plus sollicités et les plus en vue du moment. “C’est surtout depuis le concours Miss Mauritius que les clients font de plus en plus appel à moi pour leurs défilés ou pour des publicités à la télé et des photos.” Elle n’a pas peur de s’afficher et enchaîne avec beaucoup d’enthousiasme les longues heures de shoot et de tournage.
La prochaine sortie sur le catwalk pour Divya aura lieu dans quelques jours. Elle y présentera la nouvelle collection d’un des magasins les plus branchés de l’île. En attendant, Divya Koonja songe sérieusement à la carrière de coiffeuse/esthéticienne, qu’elle prévoit d’entamer d’ici début 2013 en ouvrant un salon à son nom.
Préjugés
Il est prévu que Divya Koonja s’envole pour l’Inde à la fin du mois de novembre. Elle s’y rendra pour suivre des cours en coiffure et en esthétique. “C’est pour faire comme maman mais surtout par passion que j’aspire à être coiffeuse esthéticienne”, confie Divya, qui estime qu’à Maurice, on ne peut faire du mannequinat son métier. Elle ajoute que le métier de mannequin n’est pas pris au sérieux à Maurice. “D’où le manque d’opportunités pour percer dans le milieu. Il y a également trop de préjugés et un manque de respect pour les modèles mauriciens.”
C’est donc en Inde, où elle est persuadée d’avoir plus de chance d’évoluer et de se faire un nom, que Divya rêve de poursuivre sa carrière de mannequin. Soutenue par ses proches dans ses projets, la jeune femme est convaincue d’y parvenir. “Malgré mon jeune âge, ma famille m’a toujours encouragée à persévérer dans le monde de la mode. Mes proches suivent ma carrière de très près et sont fiers de moi. Ma soeur aînée Anusha ne rate aucune de mes sorties sur le catwalk.”