Elle aurait pu être l’héroïne de Bernardin de St Pierre, tant elle dégage une aura. Virginie Talbotier est la présentatrice attitrée de 100 % Challenge, une émission hebdomadaire de la Mauritius Chamber Of Commerce and Industry (MCCI) diffusée les mardis sur MBC1 à 20 h 30 et le dimanche à 12 h 30. Un genre nouveau destiné à mettre en relief le monde des entreprises tout en permettant au téléspectateur de découvrir les stratégies mises en place. Un défi que Virginie Talbotier relève à chacune de ses prestations télévisées.
Virginie Talbotier a des origines à la fois mauriciennes et parisiennes. Née à Paris, elle a choisi de poser ses valises à La Réunion pendant près de dix-sept ans. Elle a suivi une formation à l’école française des attachés de presse et des professionnels de la communication d’entreprise. Cette diplômée en communications d’entreprise a non seulement le verbe facile mais aussi une certaine aisance face à la caméra. Dans 100% Challenge, ce petit bout de femme rayonne. Arborant des cheveux courts et bouclés et des tenues qui oscillent entre les jeans et la petite robe glam, Virginie épate. Voix posée toute indiquée pour donner le ton à ces reportages bien ciblés, elle passe en revue les différents secteurs de l’entreprise. « 100% Challenge, c’est le rendez-vous incontournable avec le monde des entreprises afin d’y découvrir les stratégies des femmes et des hommes qui les font vivre ainsi que leur savoir-faire », indique notre invitée. Voir en filigrane ces secteurs d’entreprises et leur contribution au sein de la société mauricienne mérite qu’on s’y attarde. L’émission en elle même bénéficie d’une belle présentation, ce qui n’est pas pour déplaire à la présentatrice. « Je suis contente de l’accueil, surtout que cette émission est d’un genre nouveau. »
De Paris en passant par la Réunion et Maurice, Virginie Talbotier a aussi eu l’occasion de découvrir Madagascar où en 2003 elle a rencontré son époux, qui est développeur immobilier. De cette rencontre est née l’amour, le mariage et la naissance de deux beaux enfants, Andréa, huit ans et Elian-Benjamin, quatre ans. La télé, c’est par un pur hasard qu’elle s’y est frottée. « Tout a démarré par une campagne de pub avec Circus, où j’avais le rôle d’une présentatrice de télé qui passe un casting pour une vraie émission de télé. De là, il y a eu le voicing, la présence scénique… Catherine Gris, productrice de l’émission 100 % Challenge, m’a proposé d’animer ce programme qui pour moi est une vraie vitrine du savoir-faire mauricien avec des hommes et des femmes qui exercent un métier d’entrepreneur et qui ont tous les atouts pour encadrer leur profession. »
Femme à multiples facettes
Avec des sujets par moments techniques, Virginie Talbotier parvient à glisser sa touche de féminité. « C’est vrai qu’on est habitué à voir une présentatrice avec de longs cheveux, mais moi je les préfère courts avec ma petite touche de glam. Souvent, je dois être en jeans, car on fait beaucoup de tournage de terrain, ce qui n’est pas facile. Je tiens à remercier Renaud Guilani, journaliste et rédacteur en chef de l’émission. C’est lui qui pilote le tout. Il est un passionné et c’est ce qu’il faut dans cette profession. Moi, je ne suis que la partie émergée de l’iceberg, la présentation. » Revenant à son travail pour 100 % Challenge sur le terrain, Virginie Talbotier dira que tout est fait avec précision. « On travaille souvent à l’extérieur. On est confrontés aux conditions climatiques, ce qui n’est pas toujours facile pour le rendement d’un bon travail. Il faut apprendre à mémoriser les textes, et surtout pouvoir tout restituer en un rien de temps. Il y a aussi le téléprompteur qui défile et je dois pouvoir cadrer ma voix sur les séquences et sur le reportage qui suit. On a la chance de travailler avec des hôtels donc on reste deux jours sur place le temps du bouclage. » Parlant des projets, Virginie Talbotier explique que l’émission ira conséquemment vers d’autres défis. « On a eu des émissions d’entreprises sur Rodrigues. Madagascar et l’Inde seront aussi touchées. 100 % Challenge est diffusé aussi à la réunion sur NOOTV et sur Télé Kreol, de même que Madagascar et Mayotte. L’émission bénéficie d’une bonne audience mesurée par DCDM Research. On peut revoir l’émission sur YouTube aussi. »
Consultante en communication, Virginie avoue être une femme à multiples facettes. Elle officie aussi comme MC lors des organisations événementielles : « J’avais démarré dans cette filière pour les 40 ans d’IBL au Centre Swami Vivekananda. Il y avait une foule de 4  500 personnes, ce n’était pas facile… Au mois de novembre de l’an dernier, AfrAsia m’avait proposé d’animer les Tecoma Awards, et récemment ce sont les Domaines des Alizées. Au départ, c’est vrai, il y avait le trac mais graduellement on s’y habitue et surtout il faut miser sur le naturel. » Virginie Talbotier insiste que la plus belle récompense que la vie lui a apportée est de lui avoir offert cette chance d’exercer un métier qui lui plaît. Se définissant comme une femme terre à terre, pas du tout fashionista, elle aura ses mots : « J’aime être à l’aise dans mes baskets, confortable dans mes tenues de soirée, mais je ne suis pas une addicted de mode. Pour être bien dans ma peau, il me faut de la passion qui commence d’abord par une énergie. J’ai beaucoup de chance de pouvoir choisir mes contrats de travail et de travailler dans un espace qui me convient. » Petit sourire complice, Virginie Talbotier nous confie modestement qu’elle a aussi un autre atout artistique. « J’ai fait du conservatoire classique et ce samedi 20 juillet, je me produis en One woman Show au Big Willy’s à Tamarin pendant une heure et demie, dans un style R’N’B, piano bar. » Et, quid de l’album… Elle sourit : « Faire de la scène, c’est ce qui me convient le plus. J’aime le jazz, le r’n’b. (…) Il faut oser se dépasser. Je suis en admiration devant ces femmes qui de plus en plus sont de vrais leaders. J’aime ce contact avec les autres, être proche des gens simples qui dans leur monde à eux arrivent à nous transmettre leurs belles émotions. Les entreprises, c’est aussi un autre univers qui me fascine, c’est un des poumons économiques d’un pays. Le tourisme se développe, on va de plus en plus vers la petite hôtellerie. » Son bonheur, elle le puise au sein de sa petite famille et à l’écran, c’est son naturel qui a vite fait de conquérir bien des coeurs.