Au cours du procès intenté à Rudolf Dereck Jean Jacques (alias Gro Derek) et à Lindsay Bundhoo pour une affaire de possession de 1,46 gramme d’héroïne à des fins de distribution, des officiers de l’ADSU ont procédé à la lecture de leurs dépositions. Il en découle que Lindsay Bundhoo s’était impliqué dans cette affaire en allant de son propre gré au poste de police, évoquant que ces trois doses d’héroïne lui appartenaient.
Rudolf Jean Jacques alias Gro Derek est poursuivi sous une charge de « possession of heroin for the purpose of distribution » sous l’article 30 de la Dangerous Drugs Act (DDA). Le deuxième accusé dans cette affaire est Lindsay Patrick Bundhoo. Ce maçon habitant Cité Richelieu, Petite-Rivière, est accusé de « giving false statement » sous les articles 42 (1) (a) et 42 (4) de la DDA.
Une équipe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) menée par le Detective Chief Inspector Hector Tuyau s’était rendue au domicile de Dereck Jean-Jacques à Cité Richelieu le 17 juin 2010 et y a saisi 1,46 gramme d’héroïne. La drogue était dissimulée dans trois paquets et la police estime que l’héroïne allait être distribuée. Lindsay Patrick Bundhoo aurait quant à lui dit à la police, le 30 juin de la même année, que cette drogue lui appartenait. La police pense toutefois que ce dernier ne dit pas toute la vérité et a alors logé l’accusation contre lui.
Lors de la comparution en cour intermédiaire des deux accusés devant la magistrate Renuka Dabee hier, les officiers de l’ADSU ont procédé à la lecture de leurs dépositions à la police. Gro Derek avait affirmé qu’il rentrait chez lui le jour des faits allégués quand les officiers de l’ADSU sont intervenus au domicile de ses parents où il habite pour une fouille. La drogue avait été retrouvée dissimulée près d’un fauteuil du salon. Une somme de Rs 99 025 avait été réquisitionnée, suspectée d’être l’argent de la drogue. L’accusé devait répondre que ce jour là, sa famille et des amis se trouvaient au domicile. Questionné sur la provenance de cette somme, Gro Derek devait indiquer que cet argent lui avait été donné par son père pour acheter des matériaux de construction. De plus, l’accusé, emmené dans les bureaux de l’ADSU après son interpellation, devait refuser de signer sur les pièces à conviction, soutenant que la drogue saisie ne lui appartenait pas. Selon le PS Abdul Carrim de l’ADSU, interrogé par Me Yahya Nazroo, l’homme de loi de Gro Derek, seul ce dernier avait été arrêté ce jour là ; Lindsay Bundhoo n’était pas présent. Lindsay Bundhoo devait indiquer que Gro Derek n’était pas à son domicile ce jour là. Ce n’est que lorsqu’il est arrivé que les officiers de l’ADSU l’ont intercepté et ont procédé à une fouille à son domicile. Le PC Paukoochand, quant à lui, devait affirmer que Lindsay Bundhoo était venu de son propre gré au poste de police et s’était impliqué dans cette affaire. Dans sa déposition, le deuxième accusé devait indiquer qu’il habitait à Richelieu chez la famille de Gro Derek depuis 2010. Quelques jours avant l’interpellation de Gro Derek, il était allé acheter les trois doses d’héroine à Roche Bois pour Rs 750, et les avaient dissimulées sous un fauteuil au salon du domicile de Gro Derek parce que c’était là bas qu’il dormait, avait-il indiqué. Interrogé sur la drogue saisie, Lindsay Bundhoo devait répondre : « Pou mo fime sa, mo ene konsomater ladrog ». Le deuxième accusé avait avoué qu’il avait dissimulé cette drogue pour que personne ne puisse la voir et pour qu’il puisse la consommer à son bon vouloir.
Le PC Paukoochand, interrogé sur les personnes qui se trouvaient au domicile ce jour là, devait répondre que seul Gro Derek s’y trouvait et que Lindsay Bundhoo était à l’extérieur avec une foule à proximité du domicile de Gro Derek. Outre les officiers de l’AdSU, Neela Pemsing du Forensic Scientific Laboratory avait été interrogé sur les pièces à conviction qui lui avaient été données à examiner. Cette dernière devait répondre que dû à la quantité minime de la drogue examinée, elle n’était pas en mesure d’indiquer le poids. La date de la prochaine séance a été fixée pour le 2 juillet. La poursuite est représentée par Me Ashwina Joree, State Counsel.
Rappelons que Dereck Jean-Jacques devra aussi comparaître en cour d’Assises puisqu’il est soupçonné d’être le cerveau d’un réseau de trafic de drogue à Maurice avec la saisie d’une centaine de millions de roupies d’héroïne.