La magistrate Niroshini Ramsoondar, siégeant en Cour intermédiaire, a trouvé Nivesh Ramkallawon coupable sous la charge de « possession of 3 stems with cannabis weighing 33.1 g for the purpose of distribution in breach of section 30 (1) (f) (I), 45 (1) & 47 (5) (a) of the Dangerous Drugs Act. » La poursuite, dit-elle, a fourni assez de preuves montrant que l’accusé avait en sa possession de la drogue pour le trafic.
L’accusé, âgé de 20 ans, avait déclaré qu’il allait utiliser la drogue pour sa propre consommation et non pour le trafic. L’accusé avait plaidé non-coupable au début de son procès et avait retenu les services de Me Ghoorah. Le PC Issuri  a indiqué que le 26 janvier 2012, en compagnie de l’officier Uppadoo et d’autres officiers de l’ADSU, ils s’étaient rendus à Surinam pour traquer un présumé trafiquant de drogue. Arrivé à côté de l’accusé, les officiers lui ont révélé leur identité et l’ont fouillé. Les officiers ont par la suite saisi du cannabis qui se trouvait dans son sac en bandoulière. L’accusé aurait répondu à ce moment « gandia ki mone coquin pu mo fumer et pu partage mo banne camarades ça missié… »
Nivesh Ramkallawon a répondu pour sa défense qu’il avait ramassé ces plants de cannabis quand il marchait près de la montagne Jurançon. Il aurait  arraché trois plants de cannabis qu’il avait mis dans son sac en bandoulière. Ce n’est qu’en prenant le chemin de sa maison que les officiers de l’ADSU  l’ont intercepté. L’accusé a affirmé qu’il avait l’intention de fumer la moitié de la drogue et qu’il allait partager le reste avec ses amis de la localité. L’accusé a indiqué que ces amis avaient l’habitude de lui fournir des plants de cannabis quand il leur demandait. Nivesh Ramkallawon a confirmé en cour qu’il avait bien signé tous ses statements au poste de police et qu’il n’avait jamais eu de démêlés avec des officiers de l’ADSU auparavant. Dans son jugement, la magistrate a pris en compte les versions différentes relatées par l’accusé. Nivesh Ramkallawon avait indiqué au départ qu’il allait partager la drogue avec ces amis mais s’était rétracté en cour en affirmant qu’il ne se souvenait pas avoir relaté cela aux officiers puis à la fin de dire qu’il n’avait jamais déclaré qu’il allait partager la drogue avec ses amis. La magistrate a trouvé que ce changement de version était un moyen pour échapper aux conséquences du délit commis par l’accusé.
Dans son jugement, la magistrate a trouvé que Nivesh Ramkallawon n’avait pas été sincère quand il a donné sa version en cour et a trouvé que les preuves présentées par la poursuite prouvent qu’il est coupable de la charge de « distributing the drugs » qui est une activité listée dans la section 30 de la Dangerous Drug Act.