Jugé coupable par la Cour intermédiaire de possession de cannabis, Premchand Pertaud, un laboureur de L’Aventure, a été condamné par la magistrate Wendy Rangan à payer une amende de Rs 200 000. Lors de son arrestation, il avait déclaré que la drogue lui appartenait et était destinée à sa propre consommation. La juge n’a pas retenu sa version, qu’elle a estimée « incohérente », concluant que la drogue était au contraire destinée à être distribuée.
Le 7 février 2012, Premchand Partaub avait été arrêté à son domicile en possession de 9,57 g de cannabis enroulés dans un sac en plastique. Il avait plaidé non coupable. Les officiers de l’ADSU avaient eu vent que le laboureur s’adonnait au trafic de drogue et avait procédé à une fouille à son domicile. La drogue saisie a été retrouvée sous un matelas. Lors de son arrestation, Premchand Pertaud ne devait toutefois pas nier que le gandia lui appartenait, soutenant que c’était pour sa propre consommation. A noter que la police n’avait trouvé aucun objet utilisé pour la distribution de la drogue. En Cour, l’accusé avait expliqué travailler comme laboureur et percevoir Rs 6 000 par mois. Il avait ramené le gandia chez lui, selon lui, car il avait l’habitude d’en consommer quand il en avait l’occasion, affirmant en outre n’avoir jamais été impliqué dans quelconque trafic de drogue. En rendant son jugement, la magistrate Wendy Ranfgan s’est basée sur la confession du laboureur, qui avait admis que la drogue saisie lui appartenait. La magistrate a souligné le fait que l’accusé était au courant du fait qu’il avait en sa possession un article illégal, le rendant ainsi coupable du délit de possession de cannabis qui lui était reproché.
Pour ce qui est l’accusation de distribution de drogue, la Cour estime que, bien qu’aucun objet dédié à cette fin n’ait été retrouvé au domicile du prévenu – et que la drogue n’était pas répartie dans de petits sachets, cela n’écartait pas pour autant la possibilité qu’il s’adonnait au trafic. Elle soutient également qu’aucune preuve n’a été apportée en Cour établissant que la drogue n’était pas destinée à la distribution. La magistrate a ainsi conclu que la version de l’accusé n’était pas convaincante. « The testimony of the accused contains too many contradictions to be credible, and together with the amount of cannabis he possessed, give the lie to his version that he was in possession of cannabis only for the purpose of his own consumption », a-t-elle soutenu.