Le Français Tomas Carlos Pedraza, qui souffre de plusieurs maladies, souhaite purger sa peine en France. Il a été condamné ce matin à 14 ans de prison, desquels les 19 mois en détention préventive seront déduits. Le juge Benjamin Marie Joseph a expliqué que même si les circonstances sont particulières, le délit reste grave.
Tomas Carlos Pedraza, ressortissant français, s’est présenté ce matin devant la cour d’assises pour sa sentence dans une affaire de possession de Subutex. Le juge Benjamin Marie Joseph a condamné l’accusé à 14 ans de prison desquels seront déduits 19 mois de détention préventive et à Rs 100 000 d’amende. Il avait plaidé coupable en début de procès et était défendu par le Senior Counsel Me Gavin Glover. Il souhaite un rapatriement dans son pays natal.
Le prévenu a été arrêté en juillet 2011 à l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam avec un colis contenant 400 plaquettes de Subutex (Buprémorphine) soit 2 786 comprimés de 8-mg. L’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), représenté en cour par l’inspecteur Cunniah qui a été l’enquêteur en charge de l’opération, a évalué la drogue à environ Rs 2,8 millions.
Le directeur des poursuites publiques intentait initialement un procès devant l’instance criminelle de la Cour suprême pour possession d’héroïne avec circonstances aggravantes. Au début du procès la semaine dernière, la Senior State Counsel Me Rehnu Gowry-Bhurrut a fait comprendre que le ministère public ne comptait pas insister sur le soupçon que le prévenu est un trafiquant de drogue. Cet amendement a réduit la peine maximale de 60 ans (article 41 (3) de la Dangerous Drugs Act) à 25 ans de servitude pénale.
« La personne qui m’a envoyé m’a menti… Je ne savais pas que c’était considéré ici comme de la drogue dure. Il m’a fait croire que c’est pour sa famille. Moi-même j’en ai pris pendant trois ans. On le met sous la langue en France… C’est ici que la police m’a informé que ça s’injecter ici », a déclaré Tomas Pedraza appelé par son conseil légal à la barre des témoins. Il a expliqué être un consommateur de drogue dure et avoir tenté de s’en sortir plusieurs fois. L’on lui a prescrit du Subutex en France pendant ses cures de désintoxication.
Tomas Pedraza a également souligné que son état de santé est jugé critique et qu’il veut « mourir auprès de ma famille ». Il souffre de plusieurs maladies qui sont pour la plupart incurable. Il a ajouté avoir coopéré avec la police dès le début et participé volontairement à l’exercice de livraison surveillée qui a permis d’arrêter trois contacts mauriciens qui sont poursuivis devant la cour intermédiaire. L’accusé a expliqué avoir été approché en France par un certain Raffick, mais a soutenu ne pas connaître son patronyme. Ce dernier lui aurait proposé 1 500 euros pour faire le travail et il a accepté.